de fr it

vonRüssegg

Famille de haute noblesse (nobiles) tirant son nom du château de R. près du hameau homonyme (comm. Sins AG). La seigneurie de R. comprenait la basse juridiction de Sins avec Aettenschwil et Auw; elle fut sans doute jusqu'au début du XIIIe s. un alleu des comtes de Thierstein. Des liens de parenté unissaient les R. aux barons de Bonstetten, de Freienstein et de Signau, plus tard encore aux chevaliers de Reinach, ce que l'historiographie ancienne supposa être la raison de leur déclin présumé. La succession généalogique est relativement sûre. Ulrich (mentionné entre 1233 et 1263) est suivi d'un fils du même nom (mentionné entre 1270 et 1298) qui fut juge (Landrichter) en Argovie et dans le Zürichgau, ainsi que bailli impérial de Zurich. Grâce à lui, la famille, assez faible économiquement, devint une petite puissance régionale. En 1429, Henmann (mentionné entre 1402 et 1455), bourgeois de Lucerne et détenteur de la seigneurie de Büron (1435-1455), fut contraint de vendre la seigneurie de R. pour cause de dettes. Son fils Jakob, dernier représentant en ligne masculine, mourut en 1483.

Sources et bibliographie

  • GHS, 1, 268-277, 413 (avec généal.)
  • J.J. Siegrist, «Spätmittelalterliche Herrschaft im südlichen Freiamt», in Argovia, 84, 1972, surtout 157-163, 187-191