de fr it

de laTourbarons

Importante famille de barons valaisans entre le XIIe et le début du XVe s. La famille descend peut-être des barons de la Tour du Pin dans le Dauphiné. Guillaume, fils présumé de Raymond de Tore, cité en 1143, est mentionné pour la première fois en 1157. Il fut major de Sion, seigneur de Niedergesteln et Lötschen, ainsi que vidomne d'Ollon et de Vouvry. Son frère Amédée (->) fut évêque de Sion (1162-1168). Aymon (✝︎1226), fils de Guillaume, acquit par ses mariages la coseigneurie de Bex et d'Ayent-Hérens, ainsi que probablement le vidomnat épiscopal de Bagnes. Chalbert, fils d'Aymon et de Marguerite de Morestel, fonda la branche des de la T.-Morestel, qui détenait le vidomnat de Bagnes et la coseigneurie de Granges. En 1366, Antoinette, veuve de Pierre III, dernier descendant de cette lignée, vendit le vidomnat de Bagnes à l'abbé de Saint-Maurice.

Pierre II, fils d'Aymon et de Clémence de Bex, fonda la lignée des de la T.-Gestelnburg. Sa petite-fille Béatrice épousa le donzel Aymon de Greysier, qui acquit, après la mort de son beau-père Gerold, les droits des de la T. à Sion, Ollon et Bex. Aymon (✝︎1276), frère de Béatrice, hérita du vidomnat de Conthey. Nantelma, sœur d'Aymon, apporta à la famille les biens que son mari défunt, Rodolphe de Rarogne, possédait à Saint-Nicolas et Zermatt. Pierre IV, fils d'Aymon, premier de la T. à porter le titre de baron de Niedergesteln, fut bailli de Vaud (1291) au service de la Savoie. Il incita les nobles à s'insurger contre l'évêque de Sion, Boniface de Challant, mais se réconcilia avec ce dernier en 1299, après la défaite aux Sustmatten (appelé aussi Seufzermatten) près de Loèche (1296). Jean (✝︎1323), fils de Pierre, obtint par son mariage avec Elisabeth de Wädenswil les seigneuries de Frutigen et Mülenen dans l'Oberland bernois. Il fut vicaire impérial de Côme (1311), avoué de l'évêque de Sion (1315-1317), c'est-à-dire représentant de l'évêque pour les affaires temporelles, et gouverneur de Milan (1322). Aymon (->), frère de Jean, fut évêque de Sion (1323-1338). Pierre V, fils de Jean, vendit le gage de Laupen, hérité de son père, à la ville de Berne (1324), ses droits sur Mülenen aux seigneurs de Weissenburg (1341) et ses serfs de la vallée de Lauterbrunnen (appelés les Lötscher) au couvent d'Interlaken (1346). Une première guerre privée éclata en 1349 entre les familles de la T. et Tavel, probablement parce que l'évêque Guichard Tavel avait refusé à Pierre la majorie de Loèche. La famille s'éteignit en 1405 à la mort d'Antoine (->), fils de Pierre.

Sources et bibliographie

  • L. de Charrière, Les sires de la Tour, mayors de Sion (seigneurs de Châtillon, en Vallais, et leur maison), 1868, 177-424; 1870, 127-136; 1877, 141-177
  • V. van Berchem, Jean de la Tour-Châtillon, 1902, 1-91
En bref
Variante(s)
vom Turn
von Turn

Suggestion de citation

Fibicher, Arthur: "Tour, de la (barons)", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.12.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019784/2012-12-04/, consulté le 19.01.2021.