de fr it

Hans KonradStadler

16.2.1788 à Zurich, 17.1.1846 à Zurich, prot., de Zurich. Fils de Hans Konrad, contremaître, et de Katharina Schatz. 1) 1815 Regula Schaufelberger, fille de Leonhard, commerçant, 2) 1819 Anna Vogel. Apprentissage de maçon à Zurich, études d'architecture auprès de Friedrich Weinbrenner à Karlsruhe (1806), d'un Vaucher à Genève (1807) et de Pierre François Léonard Fontaine à Paris (1808-1811). A son retour en Suisse, S. reprit l'entreprise de construction de Hans Konrad Bluntschli sise au Zwinghof (Zurich). Il put compter sur l'amitié et les précieux conseils de Hans Caspar Escher, fondateur d'Escher, Wyss & Cie. S. effectua de nombreux voyages à travers l'Europe (Vienne, Hongrie, Venise, Milan). Il fut l'un des premiers architectes de formation universitaire et figure parmi les représentants les plus significatifs du style néoclassique à Zurich. Le secteur de la construction étant en plein essor, il reçut d'importantes commandes publiques et privées. Son œuvre maîtresse, la nouvelle poste à la Poststrasse (1835-1839, transformée en 1873), compte au nombre des premiers ilôts d'immeubles de la ville. Le plan qu'il conçut pour l'aile du bâtiment administratif de l'Obmannamt (1825, Hirschengraben 15) fut profondément modifié; ses projets pour une horloge sur colonne, pour le bâtiment principal de la garde (Hauptwache) assorti d'un abattoir et pour une maison sur l'eau (Wasserhaus) près de la Wasserkirche restèrent lettre morte. Parmi ses premiers ouvrages figurent l'église de Zurich-Albisrieden (1816), qui trahit l'influence de Weinbrenner, et l'église catholique, plus originale, de Galgenen (1822-1826). A peu près à la même époque, S. érigea l'établissement de cure de Bad Schinznach, d'une élégante forme semi-circulaire (1824-1827). Ses constructions privées étaient aussi rigoureusement néoclassiques et comptaient parmi les plus modernes et les plus élégantes de Zurich; citons la Kronentor (1828-1833, Seilergraben 1), le Roter Adler (1830-1831, Kirchgasse 42), Schönbühl (1838-1839, Kreuzbühlstrasse 36), ainsi que les bâtiments aujourd'hui démolis de Neuer Thalhof (1840), Palme (1835-1840) et Sihlgarten (1840-1845).

Sources et bibliographie

  • Fonds, ETH-GTA
  • A. Krayer, Die Baumeister- und Künstlerfamilie Stadler in Zürich und ihre Beziehungen zur Kunst im 19. Jahrhundert, [1948], 20-78
  • Architektenlex., 503 (avec erreurs)
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 16.2.1788 ✝︎ 17.1.1846

Suggestion de citation

Michel, Regula: "Stadler, Hans Konrad", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 24.02.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019965/2012-02-24/, consulté le 20.06.2021.