de fr it

Kämmerer

Famille de ministériaux des évêques de Bâle, attestée dès la fin du XIIe s. et tirant son nom de son office héréditaire de camérier. Des K. sont cités comme témoins dans de nombreux documents des XIIIe et XIVe s., surtout des chartes épiscopales, toujours avec le titre de chevalier. La famille soutint les Perroquets, un des deux clans de la chevalerie bâloise au XIIIe s. Elle donna plusieurs chanoines du chapitre cathédral de Bâle, dont Johann, doyen de 1307 à 1324 et fondateur de l'autel dédié à sainte Anne, devant lequel il fut inhumé (caveau de famille). L'écuyer Johann (mentionné entre 1333 et 1364), époux de Mechthild Marschalk, reçut le fief de Muttenz en 1359; il résidait en 1363 au château fort de Bottmingen, construit dans la seconde moitié du XIIIe s., sans doute par ses ancêtres. Les K. s'éteignirent dans les mâles à la fin du XIVe s. Werentrude (mentionnée entre 1375 et 1380), une des seules femmes connues de la famille, épousa le chevalier Hug zu Rhein; leur union resta apparemment stérile.

Sources et bibliographie

  • HS, I/1
  • P. Bloesch, Das Anniversarbuch des Basler Domstifts (Liber vite Ecclesie Basiliensis) 1334/1338-1610, 2 vol., 1975
En bref
Variante(s)
Camerarius