de fr it

vonKienberg

Famille de petite noblesse du nord-ouest de la Suisse. Les premiers membres documentés sont Ulrich et Hartmann von K. en 1173, cités comme témoins dans un privilège impérial concernant le couvent de Beromünster. Au XIIIe s., la famille possédait un château et une seigneurie dans la commune de K., constituée en partie des villages d'Erlinsbach et de Küttigen. Hartmann III (attesté de 1272 à 1305) s'établit au château de Königstein (comm. Küttigen) près d'Aarau et fut en conflit avec les gens de la seigneurie en 1278. Des descendants - la branche K.-Königstein - vendirent château et seigneurie à la ville d'Aarau en 1417, puis s'installèrent en ville de Lucerne, où ils sont mentionnés pour la dernière fois en 1517. Le château et la seigneurie de K., engagés, passèrent en 1398 à Petermann de Heidegg. D'autres branches, toutes attestées jusqu'au début du XVe s. seulement, résidaient à Laufenburg, Rheinfelden et Berne, où le chevalier Jakob von K. fut avoyer de 1293 à 1297. Une famille paysanne porte aussi ce patronyme.

Sources et bibliographie

  • W. Merz, Die mittelalterlichen Burganlagen und Wehrbauten des Kantons Aargau, 2, 1906, 301-309 ; 3, 1929, 65-66
  • GHS, 3, 327
  • UB SO, 1, 1952, généal. 7