de fr it

Zu Rhein

Famille de ministériaux de l'évêque de Bâle attestée dès la seconde moitié du XIIe s., dont le nom est probablement dérivé de sa résidence bâloise située près du Rhin. Vassaux de l'évêque, les Z. furent admis dans la société noble des Perroquets. Ils possédèrent de nombreux biens dans le Sundgau et au sud de Bâle. La généalogie est peu claire entre les premières attestations du nom et les générations suivantes. Hugo l'Ancien (mentionné de 1164 à 1193) et Cuno (mentionné de 1164 à 1176), bourgeois de Bâle, peut-être frères, passent pour les premiers représentants de la famille. Des relations avec Mulhouse sont décelables dès la deuxième génération: Hugo le Jeune (mentionné de 1186 à 1240), miles Basiliensis, fils de Hugo l'Ancien, y est attesté en 1236. A partir de 1260 environ, une branche, probablement fondée par le chevalier Konrad (mentionné de 1251 à 1281), s'établit à Vieux-Brisach (Brisgau). A peu près à la même époque, celle demeurée à Bâle adjoignit "von Häsingen" à son nom, Häsingen (Hésingue, Alsace), fief de l'abbaye de Murbach, ayant échu à la famille en 1286. Hugo (av. le 4 juin 1342), époux de Berchta von Schönau, s'installa définitivement à Mulhouse et y fonda une branche collatérale. La lignée de Häsingen compta divers baillis bâlois et de nombreux ecclésiastiques: Burkhard (->), son cousin Frédéric (->) et le petit-neveu de celui-ci, Gaspard (->), ainsi que Clara (->), sœur de Frédéric, prieure du couvent de Klingental au Petit-Bâle (1452). L'extinction des Z. von Häsingen fut probablement provoquée par un taux élevé de célibat au début du XVIe s. La branche de Vieux-Brisach s'était déjà éteinte dans la première moitié du XVe s. Seule celle de Mulhouse et ses branches collatérales (à Morschwiller avec rameau en Bavière, à Dornach et à Pfastatt) n'avaient pas encore disparu à l'époque moderne. Après 1500, Johann Jakob (1643-1690), de la lignée de Morschwiller, fut le seul Z. à jouer encore un certain rôle dans l'évêché de Bâle, comme chanoine et écolâtre. La lignée de Mulhouse fournit trois abbesses au couvent de Schänis entre le XVIIe et le XVIIIe s.

Sources et bibliographie

  • E. Meininger, «Notice hist. et généal. sur la famille Zu Rhein», in Bull. du Musée hist. de Mulhouse, 12, 1887, 37-98
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Clémence, Marcel: "Zu Rhein", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.04.2016, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020016/2016-04-14/, consulté le 02.12.2020.