de fr it

vonSchauenburg

Famille noble originaire de la région de Liestal, dont le château fort primitif était Neu-S. (Schauenburg), près de Frenkendorf. Aucune mention ne permet d'affirmer que les S. habitèrent déjà l'ancien château, bâti peut-être au XIe s. Au XIIIe s., ils en firent construire un nouveau, qu'ils appelèrent Neu-S. Les S. étaient vassaux des comtes de Frobourg. La première mention du nom (Haeinricus de Schowenberch, cité avec le comte Hermann de Frobourg dans une liste de témoins), en 1189, figure sur une charte qui est probablement un faux. Le nom ne réapparaît qu'en 1255, date à laquelle le chevalier Heinrich est cité comme garant pour le comte Ludwig de Frobourg, dans la suite duquel il est également nommé en 1265. Les S. avaient aussi des relations avec d'autres familles de dynastes de la Suisse du Nord-Ouest: en 1267, le même Heinrich témoigna pour le comte Rodolphe de Thierstein. En 1355, Hugo, chevalier, mentionné pour la première fois en 1323, vendit avec ses fils au comte Johann de Frobourg le ban et juridiction de Füllinsdorf, qu'il détenait en fief. Un autre Heinrich, écuyer, et son cousin Johann, chevalier, échangèrent en 1337 leurs biens à Füllinsdorf, Giebenach, Nuglar, Reigoldswil, Sissach, Itkon, Böckten, Augst, Titterten et Pratteln. La famille s'éteignit au plus tard en 1385 avec les fils de Hugo, Hanmann (cité pour la dernière fois en 1363) et Hug (cité jusqu'en 1367). De la branche établie à Rheinfelden sont connus Berchtold, membre du Conseil (attesté de 1272 à 1296), Walter (attesté de 1273 à 1277) et Heinrich (1296).

Sources et bibliographie

  • UB BL
  • W. Merz, Die Burgen des Sisgaus, 3, 1911, 228-230
  • UB SO, 2, 64, 145, 162, 191
  • P. Rück, Die Urkunden der Bischöfe von Basel bis 1213, 1966, 151-153
  • MAH BL, 2, 1974, 119-121
  • W. Meyer, Burgen von A bis Z, 1981, 111-112