de fr it

Fries

Fries von Friesenberg

Famille de ministériaux des Kibourg, appelée aussi Frieso, Vrieso et von Friesenberg (du nom de son château fort, comm. Wynigen). Attestée dès 1248, elle était vassale des comtes de Kibourg sur des terres allodiales appartenant à ceux-ci. Le château fort, qui défendait l'un des passages entre la vallée de la Reuss et celle de l'Aar, pourrait avoir été le centre d'une seigneurie dans la région de Wynigen-Oeschenbach-Ursenbach. Les F. échappèrent tôt à l'influence des Kibourg: un "sire F." (Dominus Vrieso), ainsi que ses frères Rudolf et Heinrich, sont bourgeois de la ville de Berne en 1255 et siègent au Conseil dès 1257. Le donzel Johann (1312-av. 1350) céda des biens sis près de Friesenberg au couvent de Fraubrunnen et le patronage de Rüderswil aux chevaliers teutoniques de Berne, ordre dont était membre Nikolaus, avec qui la famille s'éteignit entre 1374 et 1379.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 2, 197-203
  • F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 1, 1958, 42-44
  • K.H. Flatt, Die Errichtung der bernischen Landeshoheit über den Oberaargau, 1969

Suggestion de citation

Dubler, Anne-Marie: "Fries", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.11.2009, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020068/2009-11-04/, consulté le 26.10.2020.