de fr it

vonGalmton

Ministériaux des comtes de Habsbourg-Laufenbourg dans l'Argovie et la région de Lucerne aux XIIIe et XIVe s., peut-être originaires de Galten près de Gansingen. Une branche avait reçu la bourgeoisie de Laufenbourg, une autre celle de Sempach. Vassaux des ducs d'Autriche, des barons de Wolhusen et de l'Empire. Les plus anciens représentants connus sont Conrad, cité comme témoin à Bâle en 1256, et Johannes, bourgeois de Laufenbourg qui, en 1320-1321, vend des possessions près de Schinznach. La branche de la famille qui possédait des terres aux alentours de Sempach (à Neuenkirch, Wartensee, Römerswil, Urswil et Aesch) ainsi qu'à Gebenstorf, Fahrwangen et Grossdietwil, occupait des charges autrichiennes inférieures, comme celles d'avoyer ou de bailli. Sa politique matrimoniale la fit s'allier aux von Scharnachtal, aux Weissenburg (ligne collatérale), aux Schwertschwenden et aux Heidegg et lui permit de s'implanter en territoire bernois, où les nouvelles possessions furent toutefois très vite revendues, comme ce fut le cas à Kirchberg (BE) en 1328 et à Unterseen en 1361. A cette branche de la famille se rattachent Ulrich (mentionné entre 1311 et 1347 /1349?), époux d'Anna von Scharnachtal), avoyer de Sempach, garant de la dette des villes argoviennes envers Strasbourg en 1315; Johannes (mentionné entre 1317 et 1361?), avoyer de Sempach, bailli de Richensee en 1342; Pantaleon (mentionné entre 1335 et 1379, époux de Maria von Weissenburg), avoyer de Sempach, bailli du lac en 1361. Les représentants mâles des G. disparaissent des sources vers 1400.

Sources et bibliographie

  • Doc. de Königsfelden, StAAG
  • StALU
  • W. Merz, Die mittelalterlichen Burganlagen und Wehrbauten des Kantons Aargau, 1, 1905, 196-197; 3, 1929, 47
  • G. Boesch, Sempach im Mittelalter, 1948, 162-173