de fr it

deReinach

Famille noble du Moyen Age et de l'époque moderne, au service des Kibourg et des Habsbourg, elle se scinda en trois lignées qui prirent le nom de ses châteaux forts: Untere Rinach ou Alte Rinach (commune de Burg AG), Obere Rinach ou Neuere Rinach (près d'Herlisberg, commune de Römerswil) et Hintere Rinach (commune de Rickenbach LU). Ces châteaux et un ancien alleu témoignent que les R. étaient à l'origine des hommes libres. Arnold et son frère Hesso (->), documentés en 1210, sont considérés comme les ancêtres respectifs des branches aînée et cadette. La branche cadette d'Obere Rinach, détentrice du fief de Beromünster, possessionnée à Herlisberg et Retschwil, s'éteignit en 1386. La branche aînée d'Untere Rinach se ramifia en Hintere Rinach, dont descendirent les R. d'Auenstein et de Wildenstein, et Untere Rinach, dont sortit le rameau de Trostberg, éteint en 1423. Les châteaux ancestraux des R. en 1386 et celui d'Auenstein en 1389 furent détruits après la bataille de Sempach.

Au XIIIe s. déjà, les R. réussirent à augmenter leurs possessions, comme en témoigne le rôle de cens établi en 1295 par Ulrich Ier, fils de Hesso. En Argovie et à Lucerne notamment, ils achetèrent des terres, des droits de basse justice, des gages et des domaines disséminés, dont les seigneuries d'Auenstein et de Wildenstein (vers 1300), de Trostberg (XIVe s.) et obtinrent celle de Bernau par mariage (fin du XIVe s.). Les R. furent combourgeois de Zofingue, Bremgarten (AG), Brugg, Berne et Lucerne. Jakob (->) fut prévôt de Beromünster, Wernher III (1338-1383) y fut chanoine, puis devint chanoine et prévôt du Grossmünster à Zurich.

En 1415, les R. d'Auenstein et de Wildenstein prêtèrent hommage à Berne pour leurs terres argoviennes, ville à laquelle ils demeurèrent liés jusqu'au XVIe s. Egalement au service des Habsbourg en Autriche antérieure, ils purent s'implanter en Alsace, ce qui entraîna des conflits lors de la guerre de Waldshut en 1468. Cette émigration se poursuivit jusqu'au XVIe s. En 1464, la famille vendit ses droits de basse justice autour de Rickenbach, en 1465 Auenstein et Wildenstein, en 1486 Trostberg et la basse juridiction de Rupperswil, Bernau en 1543 et, en 1545, leurs derniers droits en Argovie. En Alsace et dans le Brisgau, les R. occupèrent des charges de baillis et de vice-baillis; ils furent admis aux états d'Autriche antérieure, où ils acquirent de nombreux bailliages et seigneuries. Ils s'y ramifièrent en sept branches. Les R. obtinrent le titre de baron en 1550, celui de baron du Saint Empire en 1635, anoblissement confirmé par Louis XV en 1773. En 1718, les R. seigneurs de Foussemagne obtinrent en France le titre de comte. Les lignées de Steinbrunn et Hirzbach furent représentées à partir de la fin du XVe s. dans le chapitre cathédral de Bâle, notamment Jean Baptiste (->); à l'époque moderne, Jean Conrad (->) et Jacques Sigismond (->), princes-évêques, Jean Thibaud (->), conseiller, assumèrent des charges importantes dans l'évêché de Bâle. Au début du XXIe s. subsistent les lignées alsaciennes de R.-Werth et de R.-Hirzbach qui, en 1849, acheta la ruine d'Obere Rinach.

Sources et bibliographie

  • W. Merz, Die mittelalterlichen Burganlagen und Wehrbauten des Kantons Aargau, 2, 1906, 449-455
  • GHS, 3, 17-56
  • C. Wilsdorf, Les arch. de la famille de Reinach, 1961
  • HS, II/2, 182-183, 581-582
  • C. Bosshart-Pfluger, Das Basler Domkapitel von seiner Übersiedlung nach Arlesheim bis zur Säkularisation (1678-1803), 1983, 262-272
  • P. Steiner, Reinach, 1995, 42-61