de fr it

daGiornico

Famille noble de la Léventine dont la résidence principale fut G. dès le XIIe s. Les familles da Sobrio et da Iragna descendent probablement de la même souche. Les G., qui possédaient des biens immobiliers dans toute la Léventine, ainsi que dans le val Blenio, figurent au XIIe et au XIIIe s. parmi les principaux propriétaires fonciers locaux. Le destin politique de la famille au XIIe s. fut déterminé par ses liens avec le parti impérial. Soumis pendant quelques décennies au chapitre cathédral de Milan, les G. se rangèrent du côté de Conrad III et de Frédéric Ier lorsqu'ils cherchèrent à rétablir leur pouvoir sur les vallées ambrosiennes. De 1160 à 1176, Bernardo (->) revêtit la charge d'avoué qui lui fut accordée par les comtes de Lenzbourg auxquels l'empereur avait conféré l'autorité sur les vallées du nord du Tessin. Après la défaite de Frédéric Ier Barberousse à Legnano (1176), l'Eglise de Milan imposa à nouveau son pouvoir sur la région et la position des communautés locales, qui estimaient que les familles féodales mettaient en danger une autonomie administrative à peine obtenue, se renforça. Dans les dernières décennies du XIIe s., les G. perdirent leur ancienne suprématie s'intégrant néanmoins dans la classe dirigeante locale. Lorsqu'en 1227, les communes de la Léventine se partagèrent les alpages de la vallée, le notaire Alberto da G. figure parmi les représentants de la communauté (vicinia) de G. Celui-ci fut probablement l'un des témoins en faveur du chapitre cathédral de Milan dans un procès, qui eut lieu vers 1224, relatif à la souveraineté sur les vallées. Depuis lors la famille, bien qu'elle eût renoncé à ses droits féodaux, conserva une position sociale élevée. Plusieurs de ses membres occupèrent des charges importantes, comme notaires, juges ou représentants du pouvoir milanais. Le premier mentionné est Giovanni de Notario da G., attesté en 1236 comme représentant, dans la Léventine, du podestat Obizzone Visconti.

Sources et bibliographie

  • MDT, série 1
  • Meyer, Blenio
  • G. Vismara et al., Ticino medievale, 1990