de fr it

Rusca

Rusconi

Famille originaire de Côme, attestée dès le XIIe s. (aussi sous le nom de Rusconi), qui fit partie des maisons les plus riches du duché de Milan. Dès le Moyen Age, l'établissement de sa généalogie fut compliqué en raison des nombreuses branches, présentes également sur l'actuel territoire suisse à partir du XIIIe s. Les plus importantes furent celles de Locarno, Bellinzone, Bironico (auj. comm. Monteceneri) et Mendrisio; au nord des Alpes, la famille fit partie dès 1661 du patriciat lucernois. Elle compta des notaires, des artistes et des ecclésiastiques importants, ainsi que des hommes politiques influents. Au début du XXIe s., les R. de Suisse n'étaient pas forcément tous descendants des R. de Côme, mais pouvaient être issus d'autres R., en particulier venus d'Italie.

L'ancêtre de la famille est Ruggero qui fut bourgeois et consul de justice de Côme au début du XIIIe s.; il fut le chef de la faction gibeline de la ville, qui prit ensuite son nom ("parte Ruscona"). Grâce à une concession d'Othon Visconti, son fils Loterio (->) fonda la seigneurie de Côme qui passa par la suite à Franchino; celui-ci détint en fief de Mathieu Visconti non seulement la ville de Côme (1408-1412), mais aussi Lugano et Bellinzone. Après quelques décennies, il perdit le soutien des Visconti et par conséquent ses fiefs de Lugano et de Mendrisio qu'il tenta en vain de récupérer. Son fils Loterio (->) céda à Philippe-Marie Visconti ses droits seigneuriaux sur Côme et en échange reçut en fief la communauté et vallée de Lugano (avec le titre de comte), les pievi de Riva San Vitale et Balerna, de même que Chiavenna. A sa mort, ces possessions furent partagées entre plusieurs parents, dont Franchino (->). Les biens des R. dans le Sottoceneri furent ensuite confisqués par Philippe-Marie Visconti qui les donna en fief aux Sanseverino (1434). Franchino reçut en 1439 la pieve de Locarno, qui devint le centre du pouvoir de la famille, et fit du château sa résidence principale, après l'avoir fortifié et transformé en une luxueuse demeure. Il essaya sans succès de récupérer les droits seigneuriaux sur le Sottoceneri (1449). Loterio, fils de Giovanni Nicolò (->), fut le dernier feudataire de Locarno; après la conquête du château et du bourg par les Confédérés en 1512-1513, il se retira à Milan où il mourut en 1519. Néanmoins, les R. furent encore présents à Locarno où des membres de la famille jouèrent un rôle important dans la vie publique.

La branche de Bellinzone connut également une considérable ascension politique et sociale. Elle se divisa, déjà au Moyen Age, en deux rameaux. Ravazzino fut l'ancêtre du premier (ses membres émigrèrent ensuite à Turin) et Gregorio du second. Ce dernier est à l'origine de trois autres sous-rameaux: les R. ou Rusconi du Palasio (du nom du hameau homonyme de Giubiasco), des Saleggi et de Lucerne. Les R. de Bellinzone, influents dans le bourg (Giorgio, ->), furent membres du Conseil et riches propriétaires terriens dans le comté, en particulier à Giubiasco. Contrairement aux R. de Locarno, ils réussirent à conserver leurs possessions après la conquête par les Confédérés et certains occupèrent des charges publiques dans les bailliages italiens (Giovanni Andrea Rusconi), puis dans les institutions cantonales tessinoises (Giuseppe Antonio Rusconi, du Palasio).

Dans le Sottoceneri, les R. furent notamment présents à Camignolo et à Bironico où ils étaient propriétaires d'un petit château (agrandi en 1418 et détruit par les Confédérés au XVIe s.). Considérés comme les descendants directs de la famille de Côme, les R. de Cassina d'Agno donnèrent naissance au rameau de Bedigliora, alors que les R. de Tremona proviennent probablement de la région du lac de Côme; on ignore les origines des R. d'Arosio, de Cureglia et de Rancate. Depuis le XVIe s., les R. du Luganais furent à l'origine de nombreux rameaux, dont ceux de Bioggio-Lugano-Milan (ses membres reçurent le titre de comtes par le tribunal héraldique de Milan au XVIIIe s.), de Taverne-Torricella, de Bedano-Manno et de Mendrisio; ce dernier, dont descendent les R. de Novazzano et de Côme, fut influent dans le bourg (en particulier avec Antonio Isidoro -> et Giovanni Battista ->).

Sources et bibliographie

  • A. Rusconi, Memorie storiche del casato Rusca o Rusconi, 1874
  • «I Rusca signori di Locarno, di Luino, di Val Intelvi, ecc. (1439-1512)», in BSSI, 1895-1900 (article sur plusieurs nos)
  • J. von Brentano, «Die Familie Rusconi in Luzern», in Gfr., 90, 1935, 265-276; 91, 1936, 303-304
  • G. Vismara et al., Ticino medievale, 1990