de fr it

vonGoldenberg

Le château des Goldenberg dans la commune de Dorf. Aquarelle, plume et lavis d'encre de Chine de Hans Conrad Nözli dessiné en 1742 et collé dans une histoire de Zurich manuscrite écrite entre 1812 et 1826 par Johann Konrad Vögeli (Zentralbibliothek Zürich, Ms. W 65, p. 471b).
Le château des Goldenberg dans la commune de Dorf. Aquarelle, plume et lavis d'encre de Chine de Hans Conrad Nözli dessiné en 1742 et collé dans une histoire de Zurich manuscrite écrite entre 1812 et 1826 par Johann Konrad Vögeli (Zentralbibliothek Zürich, Ms. W 65, p. 471b). […]

Famille de chevaliers (mentionnée de 1248 à 1569), tirant son nom du château fort de G. au-dessus de Dorf dans le Weinland zurichois, mais peut-être originaire de Winterthour, comme le laissent à penser ses possessions anciennement attestées à Töss. Jakob, témoin de Hartmann de Kibourg en 1248 avec quatre-vingt-six autres nobles, est probablement identique au Jakob de Winterthour qui apparaît entre 1239 et 1248 parmi les vassaux des Kibourg. A l'extinction de ces derniers (1263), les G. entrèrent au service de l'Autriche. Ainsi Egbrecht (1328-1363), comme sans doute son père homonyme (mentionné de 1301 à 1323), fut bailli de Kibourg. En contrepartie, ils se virent confier par le souverain des gages et des fiefs, surtout à Winterthour et dans les environs, tel le village et la seigneurie d'Ellikon an der Thur, inféodé en 1363 à Egbrecht le Jeune. La même année, ce dernier hérita de la famille de sa femme, Anna Meier von Mörsberg, le château fort de Mörsberg à Oberwinterthur (fief autrichien dont il fit la résidence familiale), la mayorie de l'évêque de Constance à Oberwinterthur et le bailliage de Klingen. A cette époque, les G. achevèrent la liquidation de leurs fiefs mouvant de Reichenau dans la région d'Altikon (vraisemblablement hérités au début du XIVe s. des chevaliers d'Altikon). Le fils d'Egbrecht le Jeune fut le premier à obtenir en 1407 la bourgeoisie de Winterthour, ce qui assura à la famille une certaine indépendance envers Zurich. Après la Paix perpétuelle de 1474 entre l'Autriche et les Confédérés, son petit-fils Hans reçut Mörsberg en fief du Conseil de Zurich (1478). A la Réforme, Hans, fils du précédent, resta fidèle à l'ancienne foi, ce qui entraîna des tensions répétées avec Zurich. Ses fils Jos et Eglolf, morts en 1569, furent les derniers du nom. Leurs biens passèrent à leurs beaux-frères Hans Ulrich Stockar et Marx Blarer von Wartensee.

Sources et bibliographie

  • H. Kläui, Die Geschichte von Oberwinterthur im Mittelalter, 1968, 124-142
  • H. Kläui, Die Geschichte von Oberwinterthur, 1500-1798, 1971, 34-49
  • R. Sablonier, «Kyburgische Herrschaftsbildung im 13. Jahrhundert», in Die Grafen von Kyburg, 1981, 48

Suggestion de citation

Leonhard, Martin: "Goldenberg, von", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.01.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020229/2007-01-04/, consulté le 29.11.2020.