de fr it

Schenk vonKastel

Famille de la petite noblesse thurgovienne, dont le nom vient du château de K. au-dessus de Tägerwilen que lui avait donné en fief l'évêque de Constance au XIIIe s. Ses biens et ses droits étaient situés à Constance et dans les environs, au bord du lac Inférieur et le long du lac Supérieur. Les K. sont attestés pour la première fois en 1175 avec Ulrich, Albert, Conrad et Bertold. Cette génération donna probablement les lignées de K. et de Schenk von K. Une distinction incontestable entre les deux branches ne peut toutefois être établie qu'après 1300. Konrad, le premier des K., fut échanson (Schenk) de l'évêque de Constance (1200-1224). Comme les autres K. du XIIIe s., il fut souvent témoin de l'évêque. Cette branche qui, après 1290, avait passé au service de l'Empire mais surtout de l'Autriche et jeté ainsi les fondements d'une seigneurie propre, s'éteignit vers 1318 avec Dietegen, son dernier représentant masculin laïque. Au XIVe s., les K. ne gagnèrent guère en importance. Dès 1320 au plus tard, Burkhart, échanson de l'évêque, et son frère Ulrich vécurent au château d'Oetlishausen, hérité des seigneurs du même nom (qui étaient peut-être eux-mêmes une branche ancienne des K.). Le fils homonyme de Burkhart s'installa en 1363 au château de Mammertshofen, acquis de Hug Tumb von Neuburg qui le tenait en gage de l'abbé de Saint-Gall. La famille connut son apogée au début du XVIe s. En 1492, Ulrich (->), arrière-petit-fils du deuxième Burkhart mentionné, entra en possession de la seigneurie d'Oberbüren (SG) et de Glattburg (hérités des Schenk von Landegg, auxquels il était apparenté). Dès la fin du XVIe s., la famille, pressée par des besoins d'argent, céda des portions de plus en plus importantes de ses biens. Une branche émigra au sud de l'Allemagne et put s'installer au XVIIe s. dans le diocèse d'Eichstätt. La famille s'éteignit en ligne masculine en Allemagne en 1902 et le reste de la descendance en Autriche en 2004.

Sources et bibliographie

  • J. Meyer, «Geschichte des Schlosses Kastell», in ThBeitr., 43, 1903, 70-189
  • A. Bodmer, A. Näf, «Die Glattburg an der Thur», in NblSG, 90, 1950, 1-26
  • Sablonier, Adel
  • M. Kaiser, «Die Strafanstalt des Grafen Schenk von Castell in Oberdischingen», in Pfalzbrief, 1993, no 2, 8-10
  • L. Hollenstein, M. Kaiser, «Alemannen, Ritter, Lehenbauern», in Benediktinerinnen-Abtei St. Gallenberg in Glattburg bei Oberbüren, éd. M. Kaiser, 2004, 128-131
En bref
Variante(s)
Schenk von Castel