de fr it

vonLiebenbergministériaux

Famille de petite noblesse dont les possessions et les droits étaient concentrés au nord du canton de Zurich, en particulier aux environs de Winterthour, à proximité du château fort de L. (comm. Zell). Attestés du XIIe au XIVe s., les L. servirent les comtes de Kibourg et plus tard les Habsbourg. Il faut distinguer les branches Schad et Schenk, dont les liens de parenté entre elles, comme avec les ministériaux impériaux von L., restent incertains. Les premiers représentants connus sont Konrad Schad et Berthold Schenk, de l'entourage des comtes de Kibourg, témoins en 1180 d'un accord entre ceux-ci et l'évêque de Constance à propos de droits seigneuriaux dans la région de Winterthour. Les Schad ont ajouté le nom de L. au leur en 1241, les Schenk en 1250 seulement: on peut donc penser que le château passa alors à ces derniers. Tandis que Berchtold Schenk n'apparaît plus dans les sources après la disparition des comtes de Kibourg en 1264, son frère Kuno chercha manifestement à se rapprocher des barons von Teufen, mais sa lignée retomba dans la condition paysanne par la suite. Gottfried Schenk von L. et Gottfried von Schlatt, attesté en 1289, sont à l'évidence le même personnage, détenteur de plusieurs gages autrichiens obtenus au service des Habsbourg (possessions de sa veuve Ita et de son fils Gottfried après 1306). Le dernier membre connu de la famille Schenk est un Gottfried (✝︎1349), dont la veuve Anna se disputa en 1357 la succession du château de L. avec Rudolf von Adlikon. Walter Schad passa lui aussi au service des Habsbourg après 1264. Les frères Heinrich, Konrad, Johanns, Niklaus et Walter furent les derniers Schad. Ils revendiquèrent sans succès en 1319 la dîme de Bassersdorf que leur père avait eue en fief des barons von Teufen.

Sources et bibliographie

  • W. Merz, F. Hegi, éd., Die Wappenrolle von Zürich, 1930, 38
  • H. Kläui, Geschichte von Oberwinterthur im Mittelalter, 1968, 169-174
  • Sablonier, Adel, 59, 120, 165, 167, 188