de fr it

deRamschwag

Famille de petite noblesse, au service de l'abbé de Saint-Gall et des Habsbourg entre le XIIe et le XIXe s., possessionnée principalement dans les alentours de leur château fort d'Alt-Ramswag. Cité comme témoin de l'évêque de Constance en 1176, Ulrich est le premier R. connu; il était peut-être en relation avec les von Glattburg. En 1128, lors de la fondation de l'hôpital du Saint-Esprit de Saint-Gall, les frères Konrad et Heinrich figurent parmi les hommes et témoins de l'abbé. La famille connut un premier apogée au milieu du XIIIe s. En soutenant l'anti-abbé Ulrich von Güttingen dès son élection en 1272, puis, après 1287, l'empereur Rodolphe Ier de Habsbourg dans sa guerre privée contre l'abbé Wilhelm von Montfort, Ulrich (✝︎1291) obtint notamment l'avouerie impériale sur l'abbaye de Saint-Gall, le château de Blatten (SG), ainsi que le domaine de Waldkirch, à proximité de son château d'Alt-R. En 1278, son fils Heinrich Walter reçut en gage d'Albert de Habsbourg, pour services rendus à la guerre, le bailliage de Waldkirch, le domaine de Kriessern, le péage de Lindau (Bavière) et la juridiction sur les hommes libres de Haute-Thurgovie. Après la mort de Rodolphe  Ier (1291), la famille perdit sa position dominante à Saint-Gall et déplaça son aire d'influence dans le sud de l'Allemagne, où Heinrich Walther et son frère Burkhard Dietrich furent en même temps, dès la fin des années 1280, baillis impériaux à Augsbourg. Leur frère cadet Konrad entra par mariage en possession du château de Kemnat, près de Kaufbeuren (Bavière), qui resta aux mains de ses descendants jusqu'en 1373. La seconde moitié du XIVe s. fut marquée pour la famille par un conflit avec l'abbé de Saint-Gall au sujet du château de Blatten, que Burkhart avait remis en 1348 aux comtes de Werdenberg. Ce conflit ne put être résolu qu'en 1375, après que le château eut été rendu à l'abbaye. A partir du XVe s., la famille se déplaça de plus en plus dans la région du Vorarlberg. Son centre d'action fut jusqu'au milieu du XVIIIe s. le château de Gutenberg. La famille s'éteignit en ligne masculine en 1854, avec Maximilian Christoph, capitaine wurtembergeois mort à Stuttgart.

Sources et bibliographie

  • W. Merz, F. Hegi, éd., Die Wappenrolle von Zürich, 1930, 61-62
  • Sablonier, Adel
  • O.P. Clavadetscher, «Zu den St. Galler Ministerialen von Ramschwag», in Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 29, 2002, 161-166
En bref
Variante(s)
de Ramswag