de fr it

vonRorschach

vonRosenberg

Famille de chevaliers des XIIe-XVe s., ministériaux du prince-abbé de Saint-Gall. Elle possédait des châteaux forts près de R. (Sankt Anna, Rorschacherberg), à Hérisau (Rosenberg, Rosenburg et Urstein) ainsi qu'à Berneck et Zuckenriet. Il est probable que les R. détenaient à l'origine la mayorie abbatiale de Hérisau; ils fondèrent leur seigneurie dans la région de Hérisau et de R. Les premiers représentants connus sont Egilolf et Rudolf qui, avec d'autres ministériaux, furent témoins de l'évêque de Constance en 1176. On ne sait avec certitude si les seigneurs de Rosenberg mentionnés en 1222 étaient une branche autonome des R. ou si quelques membres isolés adoptèrent le nom de leur résidence de Hérisau. Les seigneurs d'Urstein, dont le château fut détruit en 1266, étaient également de la famille. Jusqu'à leur extinction, les R. donnèrent presque sans exception à leurs fils les prénoms d'Egilolf et de Rudolf, rendant quasi impossible une généalogie fiable pour le XIIe s. et la compliquant considérablement pour la suite.

Vers 1300, la lignée des Rosenberg se détacha des R. avec Egilolf le Vieux, qui reçut en fief du prince-abbé le château de Berneck (1305). Cette branche, dite de Rosenberg-Berneck, s'éteignit en 1427 et ses biens passèrent aux Muntprat von Spiegelberg. Dans les années 1350, une nouvelle branche s'était séparée de la précédente, les Rosenberg-Zuckenriet, éteints en 1445. Dans la seconde moitié du XIVe s., la lignée principale des R. reprit de sa parenté à Hérisau la mayorie (revendue en 1396), le patronage et les deux châteaux forts qu'elle perdit néanmoins, en même temps que Zuckenriet, lors des guerres d'Appenzell (1401-1429). Ces événements accélérèrent la décadence d'une famille qui avait appartenu à l'élite régionale au XIIIe s. et qui, au XIVe, tenta vainement de résister à son déclin social en cherchant l'appui des comtes de Werdenberg. En 1449, des difficultés financières croissantes contraignirent les R. à vendre leur château de Sankt Anna à la principauté abbatiale de Saint-Gall. Dès 1400 environ, plusieurs R. acquirent la bourgeoisie de la ville de Saint-Gall où le dernier représentant du lignage mourut probablement en 1475.

Sources et bibliographie

  • F. Willi, Geschichte der Stadt Rorschach und des Rorschacher Amtes bis zur Gründung des Kantons St. Gallen, 1947, 83-102
  • Sablonier, Adel
  • K. Frischknecht, Die Geschichte der Herren von Rorschach und Rosenberg, 1982