de fr it

vonRümlang

Famille noble de chevaliers, attestée du XIIIe au XVIe s. à Zurich, qui possédait des biens dans les vallées de la Limmat et de la Glatt, avec le château fort de Rohr près de R., ainsi que dans l'Unterland zurichois, surtout autour de Regensberg. La généalogie des R. et Meier von R., dont quelques membres sont attestés dès 1239, reste incertaine. L'ancêtre commun, Heinrich (mentionné entre 1291 et 1315), pourrait être issu de la famille von Steinmaur. Ministérial des Habsbourg, celui-ci reprit plusieurs de leurs fiefs et gages dès 1306 et fut leur administrateur à Rothenburg en 1315. Ses descendants, qui continuèrent à servir les Habsbourg, subirent dès le milieu du XIVe s. les pressions grandissantes de la ville de Zurich, qui détruisit le château en 1352, puis le village et le château en 1386. Une branche de la famille s'établit à Baden. D'autres R. furent baillis de Bülach (vers 1400) et administrateurs du château de Regensberg, mais durent gagner le sud de la Forêt-Noire après que Regensberg fut donnée en gage à Zurich (1409) et renoncer à leurs terres d'origine (1424), ainsi qu'à leurs biens et leurs droits à Baden (1430). Les R. s'installèrent au château fort de Gutenburg près de Waldshut, d'où ils guerroyèrent avec les comtes de Sulz, notamment contre la ville de Schaffhouse. Ils survécurent économiquement en exerçant les fonctions de bailli, de conseiller de l'empereur et des archiducs d'Autriche, ainsi que d'entrepreneur militaire pour différents commanditaires. Après avoir vendu le château de Gutenburg en 1482, ils prirent possession de la seigneurie de Wülflingen, héritée en 1455 des Landenberg-Greifensee, où, vers 1500, ils furent talonnés par leurs créanciers. Hans Conrad, qui avait épousé une fille de l'archiduc Sigismond d'Autriche, fut exécuté en 1529 à Zurich pour avoir falsifié des documents. Les créances pesant sur les R. furent alors abandonnées, juste avant que la famille ne s'éteigne.

Sources et bibliographie

  • K. Hauser, «Die Herren von Rümlang zu Alt-Wülflingen», in JSG, 32, 1907, 58-88
  • G. Hoppeler, Die Herren von Rümlang bis 1424, 1922
  • Sablonier, Adel, 53, 57, 118-119
  • P. Niederhäuser, «Zweien "gnädigen Herren" untertan», in ZTb 1997, 1996, 152-153