de fr it

vonSchännis

Famille de chevaliers du bas Moyen Age, vassaux des comtes de Kibourg, et de conseillers de la ville de Zurich. Son origine est incertaine et il est difficile d'en établir une généalogie suivie. Aucune parenté directe n'est attestée entre les chevaliers Hugo (mentionné entre 1240 et 1252) et Heinrich (cité en 1248), probablement ministériaux des Kibourg, et la famille de conseillers établie à Zurich dès le dernier quart du XIIIe s., dont l'ancêtre serait Ulrich (vers 1327). Les S. étaient divisés en plusieurs branches, dont certaines s'éteignirent aux XVIe et XVIIe s. et dont les liens de parenté sont peu clairs. Aux XIIIe et XIVe s., ils étaient vassaux des comtes de Kibourg et de Habsbourg, des barons de Regensberg et de Tengen, ainsi que des chevaliers de Hertenstein. Les S. disparurent pour longtemps de Zurich dans la seconde moitié du XIVe s. Dès le milieu du XIIIe s., on retrouve des traces d'une branche influente à Mellingen, où Hugo occupa la charge d'avoyer vers 1300. Une famille de ce nom était établie à Winterthour au XVe s. Au XVIe s., la branche fondée par Hans (attesté en 1529, ✝︎1586) quitta Fehraltorf pour Zurich, dont elle devint bourgeoise. Ses représentants s'illustrèrent surtout dans l'artisanat d'art et acquirent rapidement une position sociale et politique importante comme prévôts de corporation, membres du milieu dirigeant et baillis dans la campagne zurichoise. Un déclin s'amorça au XVIIe s., qui s'accentua au siècle suivant jusqu'à l'extinction complète de la famille en 1918.

Sources et bibliographie

  • C. Keller-Escher, Promptuarium genealogicum, s.d., 722-731 (ZBZ)
  • W. Merz, F. Hegi, éd., Die Wappenrolle von Zürich, 1930, 229