de fr it

d'Ayent

Famille féodale portant le nom du château fort d'A., centre de la seigneurie qu'elle partagea avec les nobles de Bex, puis à partir de 1198, avec les la Tour, ministériaux de la maison de Savoie. Mentionnée au XIIe s., cette famille issue probablement des comtes de Granges, se divisa en quatre branches au XIIIe s. Elle s'allia par mariage aux Morestel, Grésy, Granges, de Bex, d'Aigle, d'Anniviers, Saillon, Tavelli et Loèche. En tant que vassaux des comtes de Savoie et de l'évêque de Sion, les d'A. reçurent en fief des biens-fonds à Bagnes, dans le val d'Entremont et à Loèche. Principaux représentants: Guillaume, qui céda en 1229 l'alleu et le château d'A. à l'évêque Landri de Mont, qui les lui rétrocéda en fief; Pierre, qui dota en 1268 la chapelle du château dédiée à saint Michel; Rodolphe, qui aliéna en 1263 les droits qu'il détenait sur le château de Saxon au comte Pierre II de Savoie et, en 1294, ses terres d'A. et de Grimisuat à l'évêque Boniface de Challant. En 1271, Aymon percevait à titre de fief épiscopal le péage de la souste, à Loèche. Des membres de cette famille éteinte au XIVe s. furent chanoines du chapitre de Sion et de l'abbaye de Saint-Maurice, dont Jacques fut abbé de 1292 à 1313.

Sources et bibliographie

  • Armorial valaisan, 1946, 17
  • A. Donnet, L. Blondel, Châteaux du Valais, 21982, 35-36