de fr it

deJoux

Famille noble tirant son nom du château de J., près de Pontarlier, cité dès la fin du XIe s., qui occupait une position stratégique entre le Pays de Vaud et la Franche-Comté. De 1060 à 1130, Amaudry Ier, Landry et Amaudry II furent fréquemment en conflit avec le prieuré de Romainmôtier. Dans le Pays de Vaud, les J. furent seigneurs de Bavois, Corcelles-sur-Chavornay et Suchy. Confrontés au XIIIe s. avec les ambitions territoriales des Chalon et des Savoie, ils jouèrent habilement de leur position frontalière en monnayant chèrement leur appui aux deux parties. Alliances matrimoniales avec les d'Estavayer, La Sarraz et Blonay. Ces derniers récupérèrent les seigneuries de J. après la mort d'Henri III, en 1326.

Sources et bibliographie

  • J.-L. d'Estavayer, Hist. généal. de la maison de Joux, 1843
  • B. Andenmatten, «La Maison de Savoie et l'aristocratie vaudoise au XIIIe s.», in Savoie et région alpine, 1994, 85-96
  • A. Pahud, éd., Le cartulaire de Romainmôtier (XIIe s.), 1998, 49-52, 134-147