de fr it

Liutfride

Famille noble possessionnée en Alsace, constituant l'une des branches des Etichons. Les L. étaient comtes du Sundgau et possédaient la vallée de la Sorne avec l'abbaye de Moutier-Grandval. Les Eberhard, parents des L., concentraient leurs biens dans le nord de l'Alsace. C'est le comte Liutfrid Ier (vers 865) qui donna son nom à la famille. Vers 900, les L. comptaient parmi les seigneurs les plus puissants d'Alsace et avaient aussi des liens avec l'Italie. Liutfrid Ier, fils du comte Hugues de Tours (✝︎837, de la famille des Etichons) et beau-frère, par sa sœur Irmengarde, de l'empereur Lothaire Ier, est mentionné en 849 comme propriétaire de Moutier-Grandval. Liutfrid Ier eut deux fils. Hugues (av. 884) est cité comme abbé laïque de Moutier-Grandval en 866; après sa mort, son frère le comte Liutfrid II (apr. 902) hérita des biens paternels avec l'abbaye de Moutier-Grandval (cité comme abbé laïque en 884). Selon des documents de 876 et 879, Liutfrid II avait des possessions en Italie où il avait été au service de l'empereur Louis II. Avec ses fils Hunfrid, Liutfrid III et Hugues, il restaura en 902 le couvent de Saint-Trudpert en Brisgau où il fit installer le caveau familial. En 926/937, le roi Rodolphe II de Bourgogne confirma le fief de Moutier-Grandval au comte Liutfrid III. Après que celui-ci eut partagé ses biens entre ses fils et remis Moutier-Grandval à son fils Liutfrid IV, le roi Conrad de Bourgogne, à l'instigation d'Otton Ier, reprit l'abbaye et la réintégra aux possessions royales en 968 (?). La trace des L. se perd vers l'an 1000.

Sources et bibliographie

  • MGH DD regum Burgundiae, 1977
  • M. Borgolte, «Die Geschichte der Grafengewalt im Elsass von Dagobert I. bis Otto dem Grossen», in ZGO, 131, 1983, 3-54
  • HS, III/1, 284-286
  • M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens in merowingischer und karolingischer Zeit, 1986, 177-178