de fr it

Pebo et clan

Comte du Zürichgau et de Thurgovie vers 741/746, à l'époque où Beata céda ses possessions au couvent de Lützelau et à l'abbaye de Saint-Gall. Son frère Petto ayant fait don à Saint-Gall de biens allodiaux à Glatt, que l'on peut situer dans le canton de Saint-Gall ou de Zurich ou encore dans la Baar souabe (dite du comte Berthold), P. pourrait aussi être établi et avoir possédé des biens dans cette région. Outre P. et Petto, leurs frères Bertrich et Erich portaient le titre de comte, toutefois sans liens de fonction attestés avec des zones déterminées. L'attribution du titre à P. et à ses frères est controversée: il est possible que tous les quatre se soient considérés comme des comites en droit propre et non par mandat impérial, d'autant plus qu'ils furent apparemment écartés par les Carolingiens Carloman et Pépin le Bref lors de la mainmise sur l'Alémanie. Le comte franc Chancor, de la région du Rhin moyen, prit la place de Pebo. On suppose une alliance du clan de P. avec le clan de Beata, avec les Alaholfinger, les Gerold ainsi qu'avec le comte Erich en Alsace (Sornegau).

Sources et bibliographie

  • M. Borgolte, Geschichte der Grafschaften Alemanniens in fränkischer Zeit, 1984
  • H.K. Schulze, «Grundprobleme der Grafschaftsverfassung», in Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, 44, 1985, 265-282
  • M. Borgolte, Die Grafen Alemanniens in merowingischer und karolingischer Zeit, 1986
  • W. Hartung, «Tradition und Namengebung im frühen Mittelalter», in Früh- und hochmittelalterlicher Adel in Schwaben und Bayern, éd. I. Eberl et al., 1988, 70-71