de fr it

Zellweger

Famille issue au XVe siècle des Geppensteiner et établie à Gais et Appenzell, puis émigrée au cours des années 1580 dans les Rhodes-Extérieures protestantes, dont elle marqua la vie économique et politique jusqu'au milieu du XIXe siècle. Elle fournit avant 1848 huit landammans et de nombreux fonctionnaires; entre 1597 et 1797, elle fut représentée au gouvernement cantonal durant 193 ans (dont 74 ans dans la charge de landamman). Son essor économique commença avec les frères Bartholome et Conrad, fils d'un aubergiste, qui participèrent en 1667 à l'ouverture d'un service d'inspection des toiles à Trogen. En cinq générations, les Zellweger parvinrent à une aisance sans autre exemple en Appenzell, qui fut aussi la cause principale du développement de Trogen. Ils fondèrent leur prospérité sur le commerce des toiles, puis du coton brut et des cotonnades, pratiqué au sein de plusieurs maisons, avec des filiales à Lyon, Gênes et Barcelone. Ils s'allièrent avec la plupart des familles influentes des Rhodes-Extérieures; cette politique matrimoniale leur assura une position dominante. Les gendres, associés à leurs affaires, furent parfois à l'origine de nouvelles entreprises. Face à l'hégémonie exercée par les Zellweger (ainsi que par les Tanner, famille apparentée), leurs adversaires se coalisèrent et réussirent à les chasser du gouvernement pour plusieurs années (suite au Landhandel de 1732-1734). Le mariage de Jakob, en 1754, scella la réconciliation avec les Wetter, leurs principaux rivaux. Les frères Conrad (1694-1771), Johannes et Laurenz tissèrent des liens étroits avec la famille de marchands Sulser à Azmoos et avec les milieux lettrés zurichois. Les Zellweger atteignirent leur apogée économique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec les firmes des frères Jakob et Johannes. Les fils de ce dernier, Jacob et Johann Caspar, finirent par renoncer aux affaires, même si le second fut un pionnier de l'industrialisation du textile. Quelques-uns de leurs descendants s'illustrèrent dans d'autres domaines ou hors de Trogen; citons, outre Alfred, qui fonda une entreprise à Uster, les trois fils de Jacob: Jacob, médecin et landamman, Salomon, entrepreneur, et Ulrich, fondateur d'une banque à Paris. La position éminente des Zellweger et des familles apparentées se reflète dans les palais qu'ils firent construire à Trogen entre 1747 et 1810. Le soutien qu'ils apportèrent à l'instruction publique et aux transports eut des effets durables.

Sources et bibliographie

  • Archives d'entreprise Zellweger, Staatsarchiv Appenzell Ausserrhoden, Hérisau
  • Fonds, Kantonsbibliothek Appenzell Ausserrhoden, Trogen
  • E.H. Koller, J. Signer, Appenzellisches Wappen- und Geschlechterbuch, 1926, 396-408
  • Almanach généalogique suisse, 5, 1933, 752-767
  • Appenzeller Geschichte, 2, 21976 (avec généalogie)
  • P. Holderegger, Unternehmer im Appenzellerland, 1992
  • «Bande der Hochachtung und Liebe», catalogue d'exposition Trogen, 2000
  • H. Fässler, Reise in Schwarz-Weiss, 2005, 41-49
  • U. Pfister, «Der Textilhandel der Familie Zellweger in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts», in Europa in der Schweiz, 2013, 25-40
Complété par la rédaction
  • H. Eisenhut, «Wunderlich kommt mir die Baute vor». Der Fünfeckpalast in Trogen und die Familie Zellweger, 2019.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Fuchs, Thomas: "Zellweger", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 05.02.2014, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020854/2014-02-05/, consulté le 31.10.2020.