de fr it

GrunerBE

Famille bourgeoise de la ville de Berne, admise au gouvernement, originaire de Zwickau (Saxe), puis établie à Seengen. Johannes (✝︎1568), son premier représentant, fut conventuel à la commanderie des chevaliers de Saint-Jean de Küsnacht, puis pasteur de Seengen dès 1534. Ses petits-fils furent reçus bourgeois de Berne entre 1591 et 1629. Les G. firent partie de diverses corporations, notamment des Cordonniers, des Tanneurs et des Marchands. Ils ne jouèrent qu'un rôle mineur en politique. La branche de Worblaufen se distingua dans la banque, le commerce et la papeterie. Elle descend de David (->), propriétaire des moulins de Worblaufen et de Thal, qui reprit la banque Malacrida. Son fils Samuel (1715-1797) assura la direction de la banque, poursuivit le commerce de la toile et l'exploitation des papeteries, tout en menant à bien une brillante carrière officielle. La fabrique de papier finit par être vendue (1863), faute d'une conversion réussie aux méthodes industrielles. Johann Samuel (->), ingénieur des mines, appartient aussi à la branche de Worblaufen. Parmi les ecclésiastiques et les érudits, citons Johann Rudolf (->), doyen de Berthoud et auteur de généalogies de la famille; ses fils, Johann Rudolf (1707-1778), pasteur de Sigriswil, orientaliste, et Gottlieb Sigmund (->), juriste, partisan des Lumières, géologue et minéralogiste; son petit-fils, Gottlieb (->), pasteur à Zimmerwald, économiste et botaniste. Emmanuel-Louis (1809-1883), de Worblaufen, professeur de métallurgie à Paris et inspecteur général des mines en France, fonda la branche française de la famille (restée bourgeoise de Berne), dont fait partie le professeur de médecine et généalogiste Jean Emmanuel (1909). Paul (->) et Erich (->) furent professeurs à Berne, l'un de physique théorique, l'autre de science politique. La famille compta aussi des artistes, tels le portraitiste Johann (1711-1770, fils du doyen de Berthoud), le graveur Jakob Friedrich Samuel (1803-1888) et l'artiste-peintre Ida (1867-1949).

Sources et bibliographie

  • von Rodt, Genealogien, 2, 312-348
  • Almanach généal. suisse, 3, 181-194
  • J.E. Gruner, Table d'ancêtres Gruner-Willm, 1982