de fr it

deRambevaux

Famille noble de l'ancien évêché de Bâle, probablement originaire d'Alsace. Le premier représentant connu des R. (nom all. Römerstal) est Hennikin (Heinrich), écuyer (1379), domicilié à Delémont en 1389, qui reçut en 1397 divers fiefs de l'évêque de Bâle. Imer, son fils, s'établit à Bienne à la suite de son mariage avec Jeanne Mazener (Macerer), obtint la bourgeoisie en 1439 et fut maire épiscopal de Bienne (1417-1446, avec des interruptions). Il hérita de sa femme de nombreux cens fonciers que ses descendants vendirent en 1584 à la ville. Son fils Simon fut membre du Grand Conseil de Berne et maire épiscopal de Bienne. Son petit-fils Bendicht (✝︎1521), lui aussi du Grand Conseil et maire de Bienne (1495-1508), allié Segesser de Brunegg, fut en outre avoyer de Berthoud (1491-1494) et bailli de Cerlier (1494-1497). Georg (✝︎1562), fils illégitime de Bendicht, chanoine de Berne (1523-1528), membre du Grand Conseil, bailli de Gottstatt (1543), est à l'origine de la branche de Berne, qui donna plusieurs conseillers et baillis, éteinte en 1730. De Simon (->), autre fils de Bendicht, est issue la branche jurassienne, dont de nombreux descendants firent des carrières d'ecclésiastiques (chanoines de Bâle, prévôts de Moutier-Grandval), de fonctionnaires au service du prince-évêque de Bâle, du duc de Bavière et du duc d'Autriche. Hans-Christoph (1593-1636) reçut le titre de baron en 1630 et fut lieutenant-colonel de la garde à Vienne. Cette branche s'éteignit avec François Joseph Conrad Paulin, maître forestier du prince-évêque pour la seigneurie de Delémont, en 1727.

Sources et bibliographie

  • W. Merz, Schloss Zwingen im Birstal, 1923
  • H. Türler, «Ein Allianzwappen aus Biel von 1610», in Ann. biennoises, 1928, 42-43
  • A. Rais, «Pierre sculptée aux armes de Rambévaux», in AHér.S, 86, 1972, 56-57
  • W. et M. Bourquin, Biel, stadtgeschichtliches Lexikon, 1999, 343-344