de fr it

Wyttenbach

Famille bourgeoise de la ville de Berne, encore florissante au début du XXIe s. Le nom est attesté à Bienne dès 1363, mais la généalogie ne remonte qu'à Bertschi (vers 1400), dont les petits-fils Klewi (✝︎1480), tanneur et bourgmestre de Bienne, et Ulmann (✝︎1514) fondèrent les branches aînée dite des W. aux bandes (d'après leurs armoiries, ondées obliquement) et cadette des W. aux fasces (ondées horizontalement). Les deux branches étaient représentées aux Grand et Petit Conseils de Bienne, où elles occupèrent une position dirigeante jusqu'en 1650; Peter (->), Niklaus (->) et son fils Samuel (->) revêtirent les charges de bourgmestre, de banneret ou de maire épiscopal. Le réformateur Thomas (->) est peut-être de la famille, qui s'éteignit à Bienne en 1710. Niklaus, déjà cité, acquit le premier la bourgeoisie de Berne en 1548; il entra en 1560 au Grand Conseil, où ses descendants siégèrent jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, fournissant en outre trois petits conseillers, dont Daniel (1742-1797), banneret de la corporation des Forgerons. Johannes (->) joua un rôle politique important au tournant du XIXe s. Les W. étaient surtout orfèvres, boulangers ou tanneurs, plusieurs furent apothicaires. Ceux de la branche aînée appartenaient à la corporation des Fourreurs (Mittellöwen) ou à celle des Charpentiers, ceux de la branche cadette aux Forgerons ou aux Tisserands. La famille compta aussi de nombreux secrétaires et pasteurs, dont Daniel (->) et Jakob Samuel (->), tandis que Daniel (->) devint professeur de philologie. Friedrich Albert (->) et son fils Karl Johann Albrecht (->) servirent à l'étranger. Aux XIXe et XXe s., quelques membres de la famille se tournèrent vers le commerce et la banque (parfois à l'étranger), d'autres se firent juristes ou ingénieurs. Jusqu'au XVIe s., les W. s'allièrent avec des maisons dirigeantes de Bienne et de Berne, puis davantage avec des familles bernoises d'artisans et d'ecclésiastiques; au XIXe s., ils se marièrent à nouveau plus fréquemment dans le patriciat. La branche aînée s'éteignit en 1944. Le rameau affilié aux Mittellöwen porte la particule depuis 1862, la branche cadette depuis 1877.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 3, 561-578
  • von Rodt, Genealogien, 6, 314-360
  • W. et M. Bourquin, Biel, stadtgeschichtliches Lexikon, 1999, 498-500