de fr it

Merian

Eminente famille dirigeante de Bâle, vraisemblablement originaire de Muriaux près de Saignelégier, dans la principauté épiscopale, qui se scinda au XVe s. en deux branches. Elle a pour ancêtre Theobald Meria (1415-1505), appelé aussi Diepold Muria, maire épiscopal de Courroux. Son fils Theobald (vers 1465-1544), fondateur de la branche aînée, batelier et propriétaire d'une scierie au Petit-Bâle, acquit la bourgeoisie de Bâle en 1498, tandis que Burkard (1518-apr. 1562), descendant de la branche cadette, devint bourgeois en 1553.

Onophrion (1566-1621), représentant de la branche aînée, se fit admettre en 1595 dans les corporations du Safran et de la Clé. Grâce à son fils homonyme (1593-1665), membre du Conseil et bailli de Riehen, les M. intégrèrent le cercle restreint des familles dirigeantes bâloises siégeant au Conseil, ce qui leur permit, jusqu'au XIXe s., d'étendre leurs relations et de s'allier notamment avec les Burckhardt, Faesch, Forcart, Sarasin, Stähelin, Thurneysen, Werthemann et Wieland. Les descendants d'Onophrion formèrent la plus illustre lignée des M. et donnèrent des commerçants, des fabricants, des banquiers, des officiers, des savants. Ainsi Johann Jakob (->), bourgmestre et maître de forges, Samuel (->), bourgmestre et copropriétaire d'une banque, les deux frères Johann Jakob (->) et Christoph (->) qui fondèrent la plus grande entreprise commerciale de Bâle du XVIIIe au début du XIXe s., Christoph (->), fils du précédent, qui, grâce à sa fortune, établit les bases de la Fondation Christoph Merian à Bâle, de même que Peter (->), conseiller et professeur de géologie.

La branche cadette a donné des aubergistes, des scieurs, des parqueteurs, des menuisiers, des boulangers, des pasteurs; en font partie Matthaeus (->), graveur, peintre et éditeur, qui émigra à Francfort-sur-le-Main, ainsi que ses enfants Matthäus (->) et Maria Sibylla (->). Andreas (->), bourgmestre influent et Landamman de la Suisse en 1806, occupa une position dominante à Bâle. Son fils Andreas, devenu conseiller d'Etat en Russie, fut anobli. La branche cadette essaima également en France, au Danemark, au Brésil et aux Etats-Unis.

Sources et bibliographie

  • StABS
  • Ms. 267, SWA
  • Almanach généal. suisse, 1, 288-314; 10, 149-373
  • M. Stromeyer, Merian-Ahnen aus 13 Jahrhunderten, 8 vol., 1963-1967
  • NDB, 17, 134-135
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF