de fr it

MeyerBS, zum Pfeil

Famille de Bâle, dont certains membres furent mayors (Meier) de Büren (SO) et nobles. Au Moyen Age, on trouve les M. principalement dans des métiers des corporations "de messieurs" (monnaie, commerce) et, du XVIIe au XIXe s., de plus en plus souvent dans l'artisanat. Quelques-uns firent des carrières universitaires. Ils accédèrent au gouvernement de la ville de Bâle avec Niclaus, secrétaire du Conseil. Ses fils Adelberg (->) et Bernhard (->), bourgmestres, renforcèrent la position de la famille dans la classe dirigeante de la ville. Hans Ludwig, fils d'Adelberg, fit partie du Conseil des Treize. La guerre privée qui opposa pendant onze ans le petit-fils homonyme d'Adelberg à la famille Eckenstein au début du XVIIe s. fut à l'origine du déclin social et politique des M. Hans Conrad fut le dernier à être admis au gouvernement (XVIIe s.) et, au début du XXe s., la famille ne résidait plus à Bâle. Une chronique familiale commencée par Adelberg et Bernhard relate l'âge d'or des M.

Sources et bibliographie

  • «Die Familienchronik der Meyer zum Pfeil, 1533-1656», in Basler Chroniken, éd. A. Bernoulli, 6, 1902, 379-422
  • Almanach généal. suisse, 2, 353-364
  • S. Schüpbach-Guggenbühl, Schlüssel zur Macht, 2002, 149-156