de fr it

Socin

Famille bâloise, originaire d'une famille de marchands de Bellinzone, dont la parenté éventuelle avec les Sozzini, patriciens de Sienne, n'est pas attestée. Fils de Pietro Socino, de Bellinzone, marchand à Bâle dans les années 1530, Anton (✝︎1568) fut le premier S. reçu à la bourgeoisie de la ville en 1560, en même temps que ses cinq fils. Son frère Benedikt (1536-1602) y fut admis en 1565. Ce dernier et son fils Emanuel, officier au service de Venise et de Savoie, se marièrent dans la bonne société de la ville. Un autre fils de Benedikt, Josef (1571-1643), membre du Conseil, fut premier prévôt des corporations. Avec Benedikt (->), fils de Josef, les S. atteignirent non seulement des positions clés à Bâle, mais assumèrent aussi de nombreuses fonctions et missions au sein de la Confédération. L'exemple-type du politicien influent de la famille fut le bourgmestre Emanuel (->). La position dominante des S. sur les plans politique et économique se confirma au XIXe s. avec Bernhard (->), dont la maison mère de la Mission de Bâle, rue Socin, rappelle l'œuvre. Les S. comptent aussi plusieurs universitaires, dont Abel (->) et August (->), médecins, ainsi qu'Adolf (->) et Albert (->), linguistes. D'autres furent actifs dans le notariat et le commerce, ainsi que dans le cadre de fondations bâloises ou suisses.

Sources et bibliographie

  • Arch. privées, oraisons funèbres et Ratsbücher, StABS
  • Oraisons funèbres et coll. de cartes, UBB
  • T. Burckhart-Piguet, «Aus der Socin'schen Familiengeschichte», in Beiträge zur vaterländischen Geschichte, N.S. 2, 1888, 297-342
  • Almanach généal. suisse, 1, 541-546; 9, 339-401
  • N. Röthlin, Die Basler Handelspolitik und deren Träger in der 2. Hälfte des 17. und im 18. Jahrhundert, 1986

Suggestion de citation

Schüpbach-Guggenbühl, Samuel: "Socin", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 01.03.2011, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020989/2011-03-01/, consulté le 29.10.2020.