de fr it

vonSpeyr

Famille bourgeoise de Bâle où elle est attestée depuis les XIIIe et XIVe s., appelée aussi von Spir(e) ou von Spirer. Son nom, largement répandu sur les deux rives du Rhin supérieur, laisse supposer qu'elle était originaire de la ville de Spire (all. Speyer). A Bâle, il est possible de remonter avec certitude jusqu'à Simon von Spir, marchand d'argenterie entré dans la corporation du Safran en 1469; celui-ci est l'ancêtre de l'une des plus anciennes familles bâloises qui, grâce à des mariages avec les lignées les plus importantes de la ville, parvint à une position prestigieuse dès le XVIe s. Le fils de Simon, Franz, tondeur de drap, fut admis dans la corporation du Safran en 1500 et dans celle de la Clé en 1501. Andreas, petit-fils de Simon, siégea au Grand Conseil en tant que sizenier de la corporation de la Clé (1563). Son fils homonyme (1550-1596) entra au Petit Conseil au titre de prévôt de la corporation des Tanneurs (1583) et parvint au Conseil des Treize ou Conseil secret (1595). Ce dernier et d'autres membres de la famille firent des legs importants à leur ville, à l'instar de Sara Graff, née S., qui donna en 1640 1000 florins au gymnase et le même montant à l'université pour le soutien aux étudiants en théologie. Jusqu'au XVIIe s., de nombreux S. furent tondeurs ou marchands de drap, d'autres pasteurs, officiers ou notaires. Au début du XIXe s., Theodor (1780-1847) créa la banque von Speyr & Cie. Plusieurs S. s'installèrent en Suisse romande et en France au XIXe s. Au XXe s., Adrienne (->) s'illustra comme mystique et amie spirituelle de Hans Urs von Balthasar.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 2, 690-706

Suggestion de citation

Wichers, Hermann: "Speyr, von", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 13.02.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/020990/2012-02-13/, consulté le 17.06.2021.