de fr it

Marti

Très grande famille de notables glaronais protestants, dont l'origine est incertaine. Les branches de Glaris, Näfels et Niederurnen n'ont pas de lien avec celles d'Engi, Matt, Elm, Sool, Mitlödi, Hätzingen et Bilten. Hans, premier M. à être mentionné dans les sources, tomba à la guerre de Souabe en 1499. Son homonyme dirigea les travaux d'endiguement de la Linth près de Glaris en 1513-1514. Le petit-fils de ce dernier, Rudolf, fut chancelier de Glaris de 1576 à 1582, bailli de Werdenberg en 1583 et 1589. Sebastian, membre du consistoire, délégué à la Diète et banneret (1621-1635) ainsi que son frère Melchior (->) sont des représentants de la branche aînée de Glaris. Quant à Gilg, fils de Melchior, il est l'ancêtre de la branche de Sevelen.

L'ancêtre des actuels M. de Glaris, Hans, de Näfels, eut recours au tribunal pour faire valoir son droit de communier (Tagwensrecht) de Niederurnen en 1573. Ses petit-fils Fridolin (->) et Bartholome furent à l'origine des branches de Näfels (catholique) pour le premier et Niederurnen pour le second, qui s'éteignirent assez rapidement. Johannes et David, leurs frères, s'installèrent entre 1630 et 1640 à Glaris, où ils firent souche. Les descendants de Johannes, artisans au XVIIe s., entrèrent au service étranger au XVIIIe  grâce à une alliance matrimoniale avec les Paravicini, accédant dans la foulée aux plus hautes charges du canton (Johann Heinrich, -> , Bartholome, ->); certains furent des médecins réputés. On hésite à quelle famille rattacher Jakob (->). L'ascension sociale des M. fut consolidée par d'autres mariages dans les familles glaronaises dominantes (Schindler, Heer, Tschudi et Zweifel). Au XIXe s., les descendants de Johannes furent industriels et pharmaciens. Jusqu'au XXe s., ils furent aussi très nombreux à être pasteurs, certains formant une véritable dynastie s'étendant sur six générations. Si la majorité des descendants de David demeurèrent artisans, quelques-uns devinrent théologiens, médecins et, vers la fin du XVIIIe s., marchands. Johann Rudolf (1765-1824), par exemple, fut à la tête d'une importante maison de commerce à Riga. Heinrich (1778-1844), son cousin, s'installa à Lübeck. Une de ses filles eut pour petits-fils les écrivains Heinrich et Thomas Mann. Un seul descendant de David vit encore aujourd'hui à Glaris.

Sources et bibliographie

  • I. Tschudi-Schümperlin, J. Winteler, Wappenbuch des Landes Glarus, 1937, 55-56 (21977)
  • H.R. Stauffacher, Herrschaft und Landsgemeinde, 1989, 126-127
  • F. Stucki, 50 alte Glarner Familien, 1989, 58-61