de fr it

deChandieu

Famille noble du Dauphiné, établie dans le Pays de Vaud au XVIe s., bourgeoise de Lausanne en 1652. Deux branches sont issues des fils d'Antoine (->). La branche aînée, qui descendait de Jean (∗︎1566), dont le petit-fils Frédéric (✝︎1707) fut seigneur de La Chaux (Cossonay), de Cuarnens et de Vulliens, s'éteignit en 1812, au décès de Jacqueline Louise Madeleine de Senarclens (∗︎1731), née de C. La branche cadette, issue d'Esaïe (1576-1646/1647), posséda la seigneurie de L'Isle, de Villars(-Bozon) et de La Coudre; elle s'éteignit en 1840 avec Pauline, épouse de Loys (∗︎1760). Les C. comptèrent plusieurs officiers au service de France. Charles (1658-1728) obtint en 1701 le premier régiment bernois, dit de Villars-C., et fut nommé lieutenant général en 1724; ce fut lui qui fit construire en 1696 le château de L'Isle, le "Petit Versailles". A Lausanne, les C. possédaient des maisons au Bourg, à Saint-François et au Chêne. Au XVIIe s., leur domaine de Mont-la-Ville fut un lieu de passage pour les huguenots fuyant la France; Benjamin (1701-1784) fut directeur de la Bourse française de Lausanne. Les C. s'allièrent à des familles du Refuge, à la noblesse vaudoise, plus rarement à des patriciens bernois.

Sources et bibliographie

  • C.-R. Delhorbe, «La famille maternelle de Benjamin Constant», in RHV, 1967, 120-173
  • Ch. Hermann, Benjamin de Chandieu, [1987], dactyl. (ACV)