de fr it

HansSchriber

entre le 6.7.1478 et le 1.5.1479 . Vraisemblablement d'Engelberg, S. se forma sans doute à l'abbaye. Chancelier d'Obwald de 1435/1436 à sa mort, délégué à la Diète. Bon connaisseur du droit romain, il traduisait parfaitement des documents du latin en allemand. Vers 1470, il rédigea la chronique du Livre blanc de Sarnen, qui servit de base à la représentation traditionnelle des origines de la Confédération. Dans un langage plein de virtuosité et à la façon des chroniques du XVe s., S. lie la légende de Guillaume Tell, avec le motif nordique du tir dans une pomme, et les mythes de Suisse centrale. Il décrit ainsi l'attaque de la tour du château des Habsbourg à Sarnen, mentionnée déjà par Felix Hemmerli en 1450, ainsi que l'expulsion du bailli de Landenberg, sans doute conséquence d'une guerre privée vers 1307. La structure des mythes fondateurs transmise dans le Livre blanc, avec en toile de fond les événements d'Obwald (récit du paysan de Melchi à qui on creva les yeux, prise du château inférieur de Sarnen), et reprise dans les chroniques imprimées de Petermann Etterlin (1507) et d'Aegidius Tschudi (1734-1736), servit de modèle au Guillaume Tell (1804) de Schiller.

Sources et bibliographie

  • NZZ, 17.2.2004