de fr it

Joseph-LouisPittier

30.7.1754 à Orsières, 7.12.1815 à Sion, cath., d'Orsières. Fils de Jean-Nicolas, paysan pauvre, et de Marie-Josèphe Joris. vers 1775 Elisabeth Perrier, veuve Berger, à Chambéry. Collège de Sion et école de droit de Chambéry, docteur en droit. Avocat, procureur fiscal à Saint-Maurice (1783-1786 et 1790-1792), curial d'Entremont en 1798. P. tenta en vain de soulever la population d'Orsières contre l'autorité haut-valaisanne. Membre (avril 1798- décembre 1800) et président de la Chambre administrative sous la République helvétique. Nommé préfet national en mai 1798, il est écarté en juin et ne retrouvera ce poste qu'en janvier 1802, grâce au général Turreau de Garambouville. Grand châtelain en 1807 et député de Martigny à la Diète valaisanne en 1807 et 1808, député à Paris en 1810 lors de la réunion du Valais à la France, qu'il avait souhaitée. Président du tribunal de première instance et conseiller de préfecture du département du Simplon. Membre du gouvernement provisoire en 1814. En mai 1815, député d'Entremont à la Diète valaisanne. En 1815, membre du tribunal suprême. Francophile, franc-maçon, libertin, P. fut détesté par les conservateurs.

Sources et bibliographie

  • A. Donnet, «Personnages du Valais fichés par l'administration française du département du Simplon (1811)», in Vallesia, 41, 1986, 253
  • M. Salamin, «Le relâchement des mœurs dans le Valais napoléonien», in Ann. val., 1993, 11-27
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ≈︎ 30.7.1754 ✝︎ 7.12.1815