de fr it

JohannesRoten

16.7.1575 à Rarogne, 21.11.1659 à Sion, cath., de Rarogne et Sion. Fils de Johannes, major et banneret de Rarogne, gouverneur de Saint-Maurice, grand-châtelain de Martigny, et de Christina Waldin, fille de Moritz, vice-bailli, de Sion. Arrière-petit-fils de Johannes (->). 1) 1602 Christina Guntern, fille de Martin Guntern, belle-fille de Johann In-Albon, 2) Ursula de Wolff, fille de Marc, vice-bailli, de Sion, veuve de Peter Challand. Ecole à Sion et collège des jésuites à Fribourg. Camérier à la cour des évêques Hildebrand de Riedmatten, son grand-oncle, et Adrien II de Riedmatten (1601-1610), puis fiscal épiscopal. Régulièrement député du dizain de Rarogne à la Diète valaisanne (dès 1610). Major de Rarogne (1611), gouverneur de Monthey (1613-1615), banneret de Rarogne (dès 1619), grand bailli (1623-1631 et 1638-1659). R. se montra sans égards envers le prince-évêque Hildebrand Jost quand il s'agit de le dépouiller de son pouvoir et, en 1630, il le força à renoncer formellement, par écrit, à ses droits temporels. Il céda sa fonction à Michel Mageran en 1631 et fut réélu grand bailli à la mort de ce dernier en 1638. Durant son second mandat, le Valais, territoire alors en partie protestant, devint une république catholique unifiée: les derniers réformés de Loèche et Sion émigrèrent, les jésuites revinrent dans les écoles en 1651 et le calendrier grégorien fut introduit en 1656, ce qui consolida la victoire de la Contre-Réforme.

Sources et bibliographie

  • von Roten, Grands baillis, 246-257
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 16.7.1575 ✝︎ 21.11.1659