de fr it

HeinrichSchwarz

Portrait. Huile sur toile de Beat Oschwald, 1624 (Museum zu Allerheiligen, Schaffhouse; photographie Jürg Fausch).
Portrait. Huile sur toile de Beat Oschwald, 1624 (Museum zu Allerheiligen, Schaffhouse; photographie Jürg Fausch).

21.6.1562 à Schaffhouse, 25.9.1629 (de la peste) à Schaffhouse, prot., de Schaffhouse. Fils de Heinrich, maître d'ouvrage du Munot, et de Magdalena Schmid. 1588 Veronika Peyer, fille de Heinrich Peyer. Collège Saint-Thomas à Strasbourg, études de droit à Tübingen, Genève et Bourges (doctorat en 1586). Après la fin de ses études, S. remplit des missions diplomatiques pour la ville de Schaffhouse. Secrétaire de ville (1588), prévôt de la corporation des Cordonniers et bailli de Löhningen (1599), puis de Buch (1603). Bourgmestre de Schaffhouse (1604-1629). A partir de 1598, il fut plusieurs fois envoyé de Schaffhouse et de la Confédération, notamment comme délégué aux négociations de paix de Saint-Julien (1603), comme arbitre d'un litige opposant le prince-évêque de Bâle à Berne et à Bienne (1606-1610) ou comme médiateur dans le conflit confessionnel glaronais (1613). S. passait pour un magistrat clairvoyant et énergique, auteur de réformes d'envergure. Il assainit le budget de l'Etat et réorganisa la défense militaire, l'assistance et l'école. En 1627, il commença sous le titre de Gehaimb Kriegsbuoch une collection de plans, dispositions et décrets militaires, poursuivie après sa mort (surtout par Hans Kaspar Lang). Il institua, en 1627, avec sa femme un legs portant son nom, affecté pour l'essentiel aux étudiants. En 1944, le legs fut cédé au fonds de bourses du canton de Schaffhouse. On peut voir dans le cloître d'Allerheiligen une épitaphe dédiée à S.

Sources et bibliographie

  • J. Zimmermann, éd., «Das "Geheime Kriegsbuch" von Bürgermeister Heinrich Schwarz», in Schbeitr., 42-44, 1965-1967
  • Livre du Recteur, 2, 535
  • A.S. Andreánszky, «Heinrich Schwarz», in Schaffhauser Biographien, 6e partie, 2007, 287-298
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF