de fr it

TobiasHolländer

Portrait du bourgmestre de Schaffhouse, par le peintre français Daniel Savoye. Huile sur toile, 1686 (Museum zu Allerheiligen, Schaffhouse).
Portrait du bourgmestre de Schaffhouse, par le peintre français Daniel Savoye. Huile sur toile, 1686 (Museum zu Allerheiligen, Schaffhouse). […]

24.11.1636 à Schaffhouse, 3.8.1711 à Schaffhouse, prot., de Schaffhouse. Fils de Hans Konrad, pasteur. 1) 1654 Margaretha Moser, fille de Hans Heinrich, prévôt de corporation et bailli de Buch, 2) 1691 Ursula Schlappritzi, fille de Jacob, trésorier, de Saint-Gall. Etudes aux universités de Bâle (1651) et Strasbourg (1653). Conseiller de Schaffhouse (1661), juge présidant le tribunal criminel (1665), prévôt de la corporation des Tanneurs (1666), délégué d'honneur dans les bailliages transalpins (1668-1669), trésorier (1672), souvent délégué à la Diète (dès 1673), bailli de Thayngen (1679), vice-bourgmestre (1682), bourgmestre (1683) et anticonstitutionnellement troisième bourgmestre (dès 1698). H. s'efforça de créer à son profit une seigneurie justicière dans le village de Hofen, où il entretenait, pour soutenir son rang, une garde personnelle. Ce comportement provoqua des tensions politiques à Schaffhouse, Etat républicain, qui faillirent tourner en guerre civile. H. fut alors contraint de renoncer à la charge de bourgmestre (1695). Mais le manque de personnalités compétentes au sein du gouvernement fit qu'on le rappela en 1698. Il assuma à nouveau des missions importantes; par exemple, en 1699-1701, il eut à négocier à Vienne l'achat des droits de souveraineté sur le Reiat (le projet échoua). Mondain et éloquent, H. était non seulement l'homme le plus influent de son temps dans l'Etat de Schaffhouse, mais il sut aussi se faire écouter à la Diète. La confusion qu'il entretenait entre intérêts privés et publics provoqua des difficultés. H. calquait son style de vie et celui de sa famille sur le modèle du monarque absolu. Il réussit à se faire anoblir par l'empereur Léopold en 1678 sous le nom de "von Berau". Sa fille Elisabeth fut dame de la cour à Heidelberg et devint l'épouse morganatique de l'électeur palatin Charles-Louis en 1679. Dans ses activités privées aussi, H. se comportait en prince absolu: sa fameuse collection de monnaies et sa remarquable bibliothèque contribuaient à sa gloire. Il rédigea un ouvrage d'astronomie (1669) et des mémoires relatifs à la souveraineté sur le Reiat. Incarnant dans sa personne et son style de vie les fastes d'une culture baroque mal adaptée au cadre d'un petit Etat-cité, H. peut être décrit comme l'éminent représentant schaffhousois de l'"absolutisme républicain".

Sources et bibliographie

  • J.L. Bartenschlager, Genealogisches Register der Stadt Schaffhausen, AV Schaffhouse
  • Stemmatologia Sangallensis, AV Saint-Gall
  • K. Mägis, Die Schaffhauser Schriftsteller von der Reformation bis zur Gegenwart, 1869, 24-25
  • C. Stokar, «Der Bürgermeister von Schaffhausen Tobias Holländer von Berau», in SchBeitr., 3, 1874, 63-114
  • G. Hartmann, «Die Gewissensehe des Kurfürsten Karl Ludwig von der Pfalz mit Elisabeth Holländer von Berau aus Schaffhausen, 1679», in Mannheimer Geschichtsblätter, 35, 1934, 165-172
  • MAH SH, 3, 1960, 99-102
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

E. Hofer, Roland: "Holländer, Tobias", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 08.01.2008, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/021636/2008-01-08/, consulté le 23.10.2020.