de fr it

BernhardMüller

Portrait d'une série consacrée aux neuf derniers princes-abbés de Saint-Gall, exposée dans la salle de musique de l'abbaye – ancien réfectoire et cuisine (Stiftsbibliothek St. Gallen).
Portrait d'une série consacrée aux neuf derniers princes-abbés de Saint-Gall, exposée dans la salle de musique de l'abbaye – ancien réfectoire et cuisine (Stiftsbibliothek St. Gallen).

1557 à Ochsenhausen (Wurtemberg), 18.12.1630 à Rorschach, cath., d'Ochsenhausen. Fils de Brosi et de Magdalena Lutz. M. entra à l'abbaye bénédictine de Saint-Gall en 1576. Etudes à l'université jésuite de Dillingen (1577-1583, magister artium), prêtrise en 1584, doctorat en théologie en 1593. Elu abbé de Saint-Gall en 1594. Très proche des jésuites, M. s'efforça de mettre en œuvre la réforme tridentine au sein du couvent. Il visita régulièrement les paroisses dépendantes de l'abbaye, ce qui valut à Saint-Gall la réputation d'une excellente administration. Avec les abbés d'Einsiedeln, de Muri et de Fischingen, M. fonda en 1602 la Congrégation suisse des bénédictins. Avec Georg Wegelin, abbé du couvent de Weingarten (Souabe), il élabora un bréviaire commun pour unifier les coutumes monastiques et les textes liturgiques. Légèrement retravaillé, ce dernier fut adopté par l'ensemble de l'ordre bénédictin en 1616 sous le nom de Breviarium Paulinum. Après un conflit juridique de plus de dix ans, M. conclut en 1613 avec le prince-évêque de Constance un concordat qui accordait au prince-abbé de Saint-Gall la juridiction ecclésiastique dans l'Alte Landschaft, lui conférant ainsi quasiment le pouvoir d'un évêque. En 1614, il nomma son confrère Jodokus Metzler premier official (vicaire général) de l'officialat de l'abbaye de Saint-Gall nouvellement créé, équivalent dans les faits à un ordinariat épiscopal jusqu'en 1800. En politicien averti, M. compensa les pertes de territoire antérieures subies par le couvent. Il reprit Norsingen (1604), Neuravensburg (1608) ainsi qu'Ebringen (1621), et acquit les seigneuries de Homburg et Stahringen (1613). Afin d'introduire le commerce de toiles de lin à Rorschach, il fit venir de Constance la famille de marchands Hoffmann en 1610. Il conclut avec les puissances européennes des alliances et des capitulations militaires, et soutint l'Autriche et l'Espagne pendant la guerre de Trente Ans. Promoteur de l'enseignement catholique, il entreprit également diverses rénovations et constructions (Neu Sankt Johann, église Saint-Otmar à Saint-Gall). M. compte parmi les abbés les plus remarquables de l'époque baroque saint-galloise.

Sources et bibliographie

  • HS, III/1, 1331-1333, 1352-1354
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Xaver Bischof, Franz: "Müller, Bernhard", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 13.01.2011, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/021735/2011-01-13/, consulté le 18.01.2021.