de fr it

Gugelberg von Moos

Château de Salenegg. Lithographie de Karl Heinrich Gernler (d'après une photographie de Dietrich Jecklin), publiée dans son ouvrage sur les châteaux rhétiques vers 1870 (Bibliothèque nationale suisse).
Château de Salenegg. Lithographie de Karl Heinrich Gernler (d'après une photographie de Dietrich Jecklin), publiée dans son ouvrage sur les châteaux rhétiques vers 1870 (Bibliothèque nationale suisse). […]

Famille de fonctionnaires et d'officiers (nobles), de Coire, Maienfeld et Malans. Les Gugelberg, branche des von Moos originaires de Lachen, essaimèrent aux Grisons au XVe s. et prirent le nom de G. au début du XVIIe s. Ils accédèrent à la classe dirigeante grisonne au début du XVIe s. en revêtant des charges épiscopales et municipales, en acquérant des seigneuries et en contractant des mariages avantageux. Le chevalier Hans Luzi (✝︎1515, à Marignan), bourgmestre de Coire en 1512, commanda la même année les troupes de la ville lors de la conquête des pays sujets italiens. Joachim et Johann détenaient en 1522 la seigneurie de Marschlins. Johann (✝︎1556) est plusieurs fois cité comme médecin municipal de Coire. Hans (✝︎1554), de Coire, capitaine au service de France, fonda en 1533 la branche de Maienfeld, où il fut bailli de la seigneurie en 1551-1553. Un de ses fils, Luzius (✝︎1579), fut bailli de la ville de Maienfeld et en 1559-1561 podestat de Morbegno. Un autre, Ambrosius (∗︎1546), vicaire (juge) à Sondrio en 1563-1565, acheva après 1575 la construction du château de Bothmar à Malans, qu'il avait acquis des Beeli; Johann Luzi (->), fils de Luzius, fut podestat de Tirano. Entre 1615 et 1785, des membres de la famille endossèrent encore à cinq reprises des charges dans la Valteline. Alors que les G. de Coire se trouvèrent en majorité du côté de l'Espagne au XVIIe s., ceux de Maienfeld, propriétaires du château de Salenegg en 1654, soutinrent plutôt le parti français et servirent parfois en Hollande et en Angleterre comme officiers. Plusieurs G. grisons apparaissent dans des matricules scolaires et universitaires: Hans Luzi (vers 1578) et Johann Albert (1590) à Zurich, Johann Anton (1609) et Ludwig (1636) à Bâle, Johann Anton (1610) et Karl (1679) à la faculté de droit de Padoue. Hortensia (->) et Maria Barbara (->) se distinguèrent dans les sciences, après une formation autodidacte. Ulysses Rudolf (1809-1875) fut un ingénieur très demandé. La famille s'éteignit en ligne masculine au XXe s.

Sources et bibliographie

  • Almanach généal. suisse, 1, 174-176; 5, 289-291
  • P.E. Grimm, Anfänge der Bündner Aristokratie im 15. und 16. Jahrhundert, 1981, 224
  • A. Collenberg, «Die Bündner Amtsleute in der Herrschaft Maienfeld 1509-1799 und in den Untertanenlanden Veltlin, Bormio und Chiavenna 1512-1791», in JHGG, 129, 1999, 1-118
Liens
Autres liens
e-LIR