de fr it

deLatour

Famille dont l'aïeul est sans doute Ludwig, attesté comme occupant de la tour de mayorie de Marmarola à Breil/Brigels en 1473. Les L. de Surcasti ne jouèrent qu'un rôle insignifiant, mais les branches de Breil/Brigels devinrent des dynasties de politiciens et d'officiers. Ils disposaient d'un important patrimoine foncier et de revenus provenant de pensions, de charges politiques ou militaires. Ludwig fut le premier L. à devenir landamman de la Cadi (1596); en 1654, son petit-fils Ludwig (->) fut le premier L. président de la Ligue grise. A l'époque, les L. s'allièrent aux Castelberg, Montalt et Mont. Ayant perdu beaucoup de pouvoir après 1714 avec Caspar Deodat (->), ils se tournèrent vers la carrière militaire. Ludwig Adalbert, neveu d'Adalbert Ludwig (->), acquit en 1734 une demi-compagnie du régiment grison Travers au service de France, où de nombreux L. servirent jusqu'en 1792 comme officiers, jusqu'au grade de colonel. Cette tradition militaire atteignit son sommet avec le petit-fils de Ludwig Adalbert, Caspar Theodosius (->), général des régiments suisses au service du pape, et s'acheva avec les fils de celui-ci, Caspar (->) et le major Heinrich Adalbert (✝︎1878). Avec Peter Anton (->), frère du général, les L. reparurent vers 1800 sur l'avant-scène politique. Au XIXe s., il forma avec son neveu Alois (->) et le susmentionné Caspar l'une des dynasties les plus influentes du canton des Grisons, apparentée à l'élite catholique non seulement libérale (notamment Steinhauser), mais aussi conservatrice (Peterelli, Decurtins). A la mort d'Alois, les L. perdirent leur rôle politique. Ils ont fourni trente-quatre landammans à la haute juridiction de la Cadi jusqu'en 1915, plus que toute autre famille. Les L. n'ont plus de représentants masculins aux Grisons, mais ils en ont dans les cantons d'Argovie, de Berne et de Lucerne.

Sources et bibliographie

  • Archives Latour, Breil/Brigels
  • Almanach généal. suisse, 5, 345-350
  • A. Collenberg, Die Familie Latour von Brigels, mém. lic. Fribourg, 1973 (avec généal.)
  • V. Theus, Die Porträt-Sammlung der Familie de Latour im Latour-Archiv in Breil/Brigels, 1978
  • A. Collenberg, Die de Latour von Brigels in der Bündner Politik des 19. Jahrhunderts, 1982
  • A. Färber, «Eine Patrizierfamilie im Bauerndorf: Das Latour-Archiv in Breil/Brigels», in Terra Grischuna, 2005, n° 6, 72-75
Liens
Autres liens
e-LIR