de fr it

vonOttGR

Famille établie depuis le début du XVIe s. à Grüsch et à Schiers, probablement originaire de Davos. A partir de 1544, les O. rivalisèrent avec la famille Aliesch, de Schiers, pour la fonction de représentant du chapitre cathédral de Coire (Kapitelammann) dans le Prättigau antérieur. Même après l'intégration de la juridiction relevant du chapitre de Coire (Kapitelgericht) dans celle de Schiers (1556-1566), les O. apparaissent encore souvent comme mayors du chapitre de Coire à Schiers. En 1677, ils achetèrent au chapitre cathédral tous les biens et les droits d'alpage liés à cette mayorie.

Les O. conclurent des alliances avec les familles dirigeantes de Grüsch et de la Ligue des Dix-Juridictions (Finer, Enderlin, Guler, Buol, Sprecher). Leur position sociale fut confirmée en 1588, lorsque Hercules Salis, de Soglio, épousa une O. et fit construire sur le domaine de son épouse à Grüsch une maison appelée Grosshaus. Les maisons de maître des Salis et des O. ont dès lors fortement marqué le paysage de Grüsch.

A l'inverse des Salis, qui soutinrent les intérêts de la France au sein des III Ligues, les O. représentèrent le parti espagnol et, plus tard, autrichien. Toutefois, leur pouvoir demeura principalement local et leur influence resta limitée dans la Ligue des Dix-Juridictions, comme dans les III Ligues. La famille compta de nombreux landammans de Schiers, mais seulement trois de la Ligue des Dix-Juridictions et un seul administrateur des pays sujets des Grisons (jusqu'en 1797).

Au XIXe s., certains O. devinrent entrepreneurs ou émigrèrent. Le siège de la famille situé à Grüsch (Zum Rosengarten, du nom du restaurant installé dans la maison en 1871) appartient depuis 1979 à une fondation qui accueille un centre culturel avec le musée local, des archives et un petit théâtre.

Sources et bibliographie

  • C. Jecklin, «Das Chorherrengericht zu Schiers», in JHGG, 49, 1919, 8, 18, 22, 24, 41-47
  • P. Gillardon, Geschichte des Zehngerichtenbundes, 1936, 194, 223
  • P. Fravi, «Das Herrennest Grüsch und sein Haus zum Rosengarten», in Bündner Kalender, 144, 1985, 73-79
  • S. Niggli, Die Grüscher Adeligen und ihre Häuser, 1992
Liens
Autres liens
e-LIR