de fr it

HansBrühlmann

25.2.1878 à Amriswil, 29.9.1911 à Stuttgart, d'Amriswil. Fils de Johannes, pasteur, et d'Ida Sallmann, fille de Johann Josef. 1908 Nina Bindschedler, d'Ebnat, cantatrice puis peintre. Après sa maturité, B. suivit l'école des arts décoratifs de Zurich et l'enseignement privé de Hermann Gattiker à Rüschlikon (1898), puis l'école royale des beaux-arts de Stuttgart (1898-1899). Travaillant à Hambourg en 1901, dans l'entreprise de peinture sur verre Karl Engelbert, il fit la connaissance d'Alfred Lichtwark, directeur de la Kunsthalle, grâce à qui il put poursuivre sa carrière artistique à l'académie de Stuttgart. Il peignait alors des portraits, des vues du pays natal et des compositions au charme mélancolique où des personnages se fondent dans la nature, et passait souvent l'été en Suisse. Pendant les hivers 1904-1905 et 1905-1906, B. conçut et réalisa des bijoux dans les Ateliers royaux de formation et de recherche. Il fut l'élève d'Adolf Hölzel en 1906. Une bourse fédérale lui permit de séjourner à Florence, Rome et Assise. En 1907, il acheva la décoration d'un des murs de la salle de concert de Pfullingen (Wurtemberg) à la demande du mécène Louis Laiblin. La monumentalité des figures et leur disposition dans le paysage rappellent le style de Giotto. Des séjours à Paris en 1908 et 1909 provoquèrent une confrontation décisive avec l'art de Cézanne et une découverte de la couleur. B. se mit à structurer ses surfaces à larges coups de pinceau, sans dessin préalable. A l'automne 1908, il exécuta une peinture murale dans le narthex de l'église du Rédempteur à Stuttgart (détruite pendant la Deuxième Guerre mondiale). Une maladie infectieuse l'empêcha de réaliser le décor de la loggia du Kunsthaus de Zurich qui lui avait été commandé. Elle entraîna plusieurs séjours en asile psychiatrique et finalement le suicide de l'artiste en 1911. La brièveté de sa carrière ne l'empêcha pas de laisser une œuvre abondante qui, outre des compositions de grand format, comporte des nus, des paysages et de nombreuses natures mortes.

Sources et bibliographie

  • L. Kempter et al., Hans Brühlmann, 2 vol., 1985
  • DBAS, 160-161
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 25.2.1878 ✝︎ 29.9.1911

Suggestion de citation

Tapan Bhattacharya: "Brühlmann, Hans", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 26.08.2004, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/021991/2004-08-26/, consulté le 07.12.2022.