de fr it

Johann FriedrichFunkle Jeune

Portrait de Johann Friedrich Funk le Jeune. Huile sur toile de John Webber, 1773 (Collection privée; Pedrini Photography, Zurich).
Portrait de Johann Friedrich Funk le Jeune. Huile sur toile de John Webber, 1773 (Collection privée; Pedrini Photography, Zurich).

26.10.1745 à Berne, 4.12.1811 à Berne, prot., de Nidau. Fils de Johann Friedrich (->). 1) 1775 Maria Elisabeth Kurz, 2) 1805 Maria Dällenbach. Apprentissage dans l'atelier paternel, formation à l'académie royale à Paris (1766-1771). Sculpteur indépendant (statue du Grand Condé dans l'escalier de l'Ecole de guerre de Paris) et maître de dessin à Paris, F. revint à Berne en 1775 et reprit l'atelier de son père. La fabrication de miroirs, la sculpture et la dorure étaient les activités les plus rentables. F. créa un buste d'Albert de Haller en 1777. Il réalisa les monuments funéraires du bourgmestre de Bâle Isaak Hagenbach (cloître de la cathédrale de Bâle, 1777), d'Abraham Samuel Lombach (église de Bümpliz, 1779) et de Daniel Bernoulli (église Saint-Pierre à Bâle, 1782). Le trône néoclassique des avoyers (hôtel de ville de Berne, 1785) provient de son atelier.

Sources et bibliographie

  • H. von Fischer, Fonck à Berne: Möbel und Ausstattungen der Kunsthandwerkerfamilie Funk im 18. Jahrhundert in Bern, 22002
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 26.10.1745 ✝︎ 4.12.1811

Suggestion de citation

Bhattacharya, Tapan: "Funk, Johann Friedrich (le Jeune)", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.09.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022019/2007-09-04/, consulté le 24.07.2021.