de fr it

HermannHaller

Remise du prix des beaux-arts de la Ville de Zurich à Hermann Haller. Ciné-Journal suisse, édition n° 405 du 4 novembre 1949, sous-titrage postérieur (Archives fédérales suisses, J2.143#1996/386#405-1#2*) © Cinémathèque suisse, Lausanne et Archives fédérales suisses, Berne.
Remise du prix des beaux-arts de la Ville de Zurich à Hermann HallerCiné-Journal suisse, édition n° 405 du 4 novembre 1949, sous-titrage postérieur (Archives fédérales suisses, J2.143#1996/386#405-1#2*) © Cinémathèque suisse, Lausanne et Archives fédérales suisses, Berne. […]

24.12.1880 à Berne, 23.11.1950 à Zurich, sans doute protestant, de Zofingue. Fils de Friedrich Haller et de Susanna née Ackermann. Neveu de Theodor Haller. 1) 1909 Gerda von Wätjen, cantatrice, 2) 1917 Felicitas Trillhaase, peintre, 3) 1945 Hedwig Braus, artiste. Après avoir fréquenté le gymnase à Berne, Hermann Haller commença en 1898 des études d'architecture à Stuttgart. Entré à l'école de peinture de Heinrich Knirr à Munich (1899), il y retrouva Paul Klee, son camarade de gymnase, avec qui il fréquenta l'Académie des beaux-arts de Munich (1900) et voyagea en Italie (1901-1902). L'année suivante, Haller suivit la classe de maître de Leopold von Kalckreuth à Stuttgart. Grâce au mécène de Winterthour Theodor Reinhart, il put séjourner à Rome de 1903 à 1909. Il se mit à la sculpture en 1905, stimulé par l'art étrusque et égyptien, puis, installé à Paris (1909-1914), par les œuvres d'Auguste Rodin, Aristide Maillol et Antoine Bourdelle. En 1914, il s'établit à Zurich. Haller passa les mois d'hiver 1921-1923 à Berlin, hôte du marchand d'art Paul Cassirer, puis de Fritz Huf qui lui ouvrit son atelier. En 1932, il vint occuper un immeuble de la Höschgasse à Zurich. Participant régulièrement, dès 1909, aux grandes expositions collectives du Kunsthaus de Zurich, il devint dans les années 1920 l'un des sculpteurs les plus connus de l'espace germanophone; en 1934, il représenta la Suisse, avec Cuno Amiet, à la Biennale de Venise. En plus de ses bustes, Haller créa des personnages animés parfois grandeur nature. Son thème favori était le nu féminin, représenté sous une forme stylisée d'allure archaïque. Il reçut un doctorat honoris causa de l'Université de Zurich (1933) et le prix des beaux-arts de la Ville de Zurich (1949).

Sources et bibliographie

  • Atelier Hermann Haller, Zurich, œuvres originales.
  • Stadtarchiv Zürich, Zurich, fonds.
  • Apel, Maria Theresia: Hermann Haller. Leben und Werk 1880-1950, 1996.
  • Adert, Laurent; Andrés, Alberto de (éd.): Dictionnaire biographique de l'art suisse. Principauté du Liechtenstein incluse, 2 vol., 1998, pp. 458-459.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 24.12.1880 ✝︎ 23.11.1950

Suggestion de citation

Meier, Beatrice: "Haller, Hermann", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 12.01.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022027/2021-01-12/, consulté le 19.10.2021.