de fr it

Jobin

Famille établie aux Franches-Montagnes dès la fin du XIVe s. Estevenin, bourgeois de Muriaux, hôte public (aubergiste) à Saignelégier, cité entre 1429 et 1444, est le plus ancien membre connu. Les J. se sont séparés en deux branches, l'une restée à Saignelégier, l'autre établie aux Bois avant 1551. De celle-ci sont issus les conseillers du prince-évêque Jean-François Joseph (->) et Jean-Baptiste (->), des artisans horlogers dès le XVIIIe s. et des fabricants de montres aux XIXe et XXe s. (Les fils de Paul Jobin et Cie à Porrentruy), ainsi que le conseiller national Xavier (->). Les J. de Saignelégier ont fourni au parti conservateur catholique jurassien des juristes, magistrats et hommes politiques, dont Zéphirin, notaire et député (1874-1894), ses fils Ephrem, préfet des Franches-Montagnes (1894-1926) et Joseph, président du tribunal de district (1911-1928), puis juge à la cour suprême du canton de Berne, ainsi que Marc (1911-1981), député (1947-1950 et 1953-1958). Deux familles ont acquis la bourgeoisie de Pleujouse et Montignez avant 1800.

Sources et bibliographie

  • Le Franc-Montagnard, 27.11.1951
  • Le Pays, 27.11.1951
  • A. Rais, Les Jobin des Bois, 1954, 129-131