de fr it

HugoHungerbühler

6.7.1846 à Straubenzell (auj. comm. Saint-Gall), 24.6.1916 à Straubenzell, de Wittenbach, Straubenzell, Weesen et Niedersommeri (auj. comm. Sommeri). Fils de Matthias (->). 1876 Augusta Gabriele Hochreutiner, fille de Jakob Leonhard August. Ecole cantonale de Saint-Gall, études de droit à Genève, Heidelberg, Leipzig et Berlin (1866-1870), doctorat à Heidelberg (1870). Secrétaire du Département militaire cantonal saint-gallois (dès 1872), officier d'état-major général (dès 1875), officier instructeur d'infanterie (1875-1899), membre de la mission militaire suisse pendant la guerre serbo-bulgare (1885-1886), divisionnaire commandant la 7e division (1898), chef d'arme de l'infanterie (1900-1903). En 1903, l'affaire Hydra (provoquée par un article écrit par un officier anonyme dans la Züricher Post) l'obligea à démissionner de sa fonction de chef d'arme et à faire son retour à la vie civile. Fondateur (1888) et rédacteur du mensuel Monatsschrift für Offiziere aller Waffen. Membre du parti radical, il siégea à la Constituante de Saint-Gall (1889) et au Grand Conseil (1891-1899). H. défendit l'idée d'une armée populaire reposant sur des principes démocratiques, mais dut se soumettre, dans le débat politique sur la question militaire, aux vues d'Ulrich Wille, qui privilégiait une direction autoritaire sur le modèle prussien.

Sources et bibliographie

  • L'Etat-major, 8, 180-181 (avec liste des œuvres)
  • R. Jaun, Preussen vor Augen, 1999, 135-159
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 6.7.1846 ✝︎ 24.6.1916

Suggestion de citation

Illi, Martin: "Hungerbühler, Hugo", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 16.01.2008, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/022067/2008-01-16/, consulté le 26.11.2020.