de fr it

AlexanderTrippel

23.9.1744 à Schaffhouse, 24.9.1793 à Rome, prot., de Schaffhouse. Fils de Hans Jakob, menuisier, et d'Ursula Habicht. Célibataire. En 1755, T. rejoignit, avec sa mère, son père émigré à Londres et travailla avec lui. En 1760, il commença un apprentissage de facteur d'instruments, puis de sculpteur d'ivoire dans l'atelier de Johann Lücke à Londres. Après le décès de sa mère, il s'installa à Copenhague. Employé dans l'atelier du sculpteur Johannes Wiedewelt (1761), il fut influencé par la réception de l'art antique de Johann Joachim Winckelmann et participa notamment à la réalisation des monuments funéraires des souverains danois dans la cathédrale de Roskilde. Grâce à Carl Frederik Stanley, pour lequel il travailla dès 1766, il put fréquenter l'Académie royale du Danemark, qui lui décerna la grande médaille d'or en 1768. Installé à Paris (1772-1775), T. développa sa virtuosité et, par l'intermédiaire de Christian von Mechel, suscita l'intérêt des partisans des Lumières en Suisse avec sa sculpture en plâtre Hercule au repos (1775), conçue comme une allégorie de la Confédération. De ses projets pour la Société helvétique, seul un pied de coupe fut exécuté, représentant Guillaume Tell et son fils, thème adopté plus tard pour le sceau de la République helvétique. Faute de commanditaires en Suisse, T. s'établit à Rome (1776) où il devint une figure de premier plan du jeune néoclassicisme allemand. Il y exécuta le portrait de Goethe (1788 et 1790) et reçut, en 1787, sa première commande importante, le Tombeau du Gouverneur Sachar Tchernychev (1789). Avec le Monument à Salomon Gessner (1793) à Zurich, il créa le premier mémorial des Lumières en Suisse, dédié à un bourgeois. Sa dernière œuvre monumentale, le tombeau du prince Johann Nepomuk von Schwarzenberg à Třeboň (République tchèque), fut achevée peu après sa mort.

Sources et bibliographie

  • K.H. Vogler, «Der Bildhauer Alexander Trippel aus Schaffhausen», in Schaffhauser Neujahrsblatt, 1, 1892; 2, 1893
  • Alexander Trippel, cat. expo. Schaffhouse, 1993
  • D. Ulrich, «Alexander Trippel als "Fall"», in Outlines, 2, 2004
  • B. Maaz, «Alexander Trippel», in Antikes Leben, cat. expo. Bad Arolsen, 2009
Liens
Autres liens
SIKART
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 23.9.1744 ✝︎ 24.9.1793