de fr it

Iulius

Dans les provinces occidentales de l'Empire romain surtout, mais aussi dans l'Orient grec, les inscriptions mentionnent souvent des personnes portant le gentilice (nom de famille) I. Ce sont des indigènes (ou leurs ancêtres), appelés pérégrins, qui ont obtenu la citoyenneté romaine par César ou plus souvent par Auguste, tous deux membres de la gens Iulia. En général, les Romains l'ont octroyée aux nobles des peuples soumis. Tel est le cas des Iulii attestés dans la cité des Helvètes: Caius I. Camillus, noble helvète et chevalier de l'époque de Claude, dont le père était ainsi devenu citoyen romain. D'autres Iulii, des Allobroges de la colonie de Vienne (Isère), sont attestés à Genève et à Nyon: Lucius I. Brocchus Valerius Bassus, chevalier et magistrat dans les deux villes ou Caius Iulius Sedatus, magistrat de la colonie Equestre.

Sources et bibliographie

  • D. van Berchem, Les routes et l'hist., 1982
  • R. Frei-Stolba, «Une grande famille équestre originaire de la colonia Iulia Equestris (Nyon) et de Genaua (Genève)», in Latomus, 63, 2004, 340-369