de fr it

zurGilgen

Famille patricienne lucernoise, qui abandonna vers 1450 le patronyme von Getzenheim ou Getzenhans et lui préféra celui de G. (également noté Zurgilgen ou a Liliis, Gilg signifiant lis), probablement d'après le nom d'une propriété. Il n'est pas certain qu'Ulrich, qui avait vraisemblablement quitté la région de Strasbourg pour s'établir à Lucerne en 1315, soit l'ancêtre commun. Le premier membre avéré de la famille est Hans Getzenheim, marchand de drap et auteur de manuscrits, de Trechtingshausen (électorat de Mayence), qui obtint le droit de bourgeoisie de Lucerne en 1428. Son fils Hans (->), marchand de drap, siégea au Grand (1454), puis au Petit Conseil (1475) de Lucerne. Aux XVIe et XVIIe s., les G. fournirent par intermittence des membres aux Conseils et, au XVIIIe, ils occupèrent simultanément cinq sièges au Grand Conseil et trois au Petit Conseil. La famille compta deux avoyers (notamment Aurel, ->) et, au XIXe s., deux conseillers d'Etat (notamment Alois, ->). Bonifaz (->), abbé de Pfäfers, et Josef (1656-1706, sous l'abbatiat duquel les stalles de Saint-Urbain furent sculptées), occupèrent d'importantes charges ecclésiastiques. Melchior (->) acquit la seigneurie de Hilfikon (vers 1506-1510) et le bailliage de Sarmenstorf (1514), qui ne sortirent de la famille qu'en 1628; entre 1507 et 1510, il fit construire la maison zur Gilgen à Lucerne, flanquée de l'imposante tour Baghard qu'il fit rebâtir; la propriété changea de mains à sa mort, mais fut rachetée par Ludwig (->) en 1571. Aurel (->) constitua en 1681 un fidéicommis sur la maison et la tour, qui subsistait encore au début du XXIe s.

Sources et bibliographie

  • AFam et bibl. (propriété familiale)
  • G. von Vivis, «Wappen der ausgestorbenen und noch lebenden Geschlechter Luzerns», in AHér.S, 22, 1908, 123-124
  • MAH LU, 3, 1954
  • Ch. von Steiger, «Der Stammvater des Luzerner Ratsgeschlechts zur Gilgen als Bücherschreiber», in Festgabe Hans von Greyerz zum sechzigsten Geburtstag, éd. E. Walder et al., 1967, 725-730
  • K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976
En bref
Variante(s)
Zur Gilgen
a Liliis
Zurgilgen
Indexation thématique
Elites (jusque vers 1800) / Cantons